^

Monde

Cisjordanie

Palestine. La jeunesse résiste aux nouvelles colonies en Cisjordanie par du feu, des lasers et des chants

Face à l’occupation d’une partie de la Cisjordanie par l’armée israélienne, les manifestations dans le village de Beita et les actions nocturnes en cours sont les symboles d’une jeunesse déterminée à se battre.

vendredi 25 juin

Crédits photos : AFP

En Cisjordanie, les manifestants Palestiniens condamnent fermement la récente occupation de l’armée israëlienne, installée illégalement sur le territoire de Jabal Sabih dans le nord de la Cisjordanie. Selon les habitants, la colline actuellement occupée appartient à des familles Palestiniennes de la ville voisine de Beita, des familles qui dépendent de la production et de la récolte des oliviers pour survivre. Cette occupation a suscité une vive colère et plusieurs manifestations ont eu lieu à Beita début mai. Ces manifestations ont été le terrain d’une répression meurtrière, à coup de gaz lacrymogènes et de tirs à balles réelles. Cinq personnes ont ainsi été tué par l’armée israëlienne, dont deux enfants de 15 et 16 ans.

Ces manifestations se sont déroulées dans un contexte de rupture du cessez-le-feu entre le Hamas et Israël, entré en vigeur le 21 mai. Ce mercredi, Israël a violé le cessez-le-feu, (moins d’un mois après l’accord) par des frappes aériennes, visant selon l’armée des camps d’entrainement du Hamas. Il s’agissait des premières frappes commanditées par le nouveau gouvernement de Bennett, premier ministre et ancien collaborateur de Nethanyahu. Le premier ministre n’a pas caché son mépris pour les Palestiniens. Dans une déclaration, il affirme qu’il n’hésitera pas à « tirer pour tuer » les habitants de Gaza -y compris les enfants, qui tenteraient de traverser la frontière. La politique de Bennett n’est qu’une continuation chauvine et droitisée de la politique sioniste coloniale.

Pour autant, la jeunesse Palestinienne continue de relever la tête et de se battre. Les habitants de Beita ont continué leurs manifestations pendant cinq semaines consécutives, et reconduisent aujourd’hui leur lutte dans des « nights of confusion », des actions nocturnes. Ainsi, depuis l’occupation de la colline de Jabal Sabih, les manifestants utilisent des lasers, des feux d’artifices et des lumières, pointés en direction de la colonie, et l’accompagnent de bruits forts et de chants Palestiniens, pendant toute la nuit. Le but est d’empêcher les colons et l’armée israëlienne de se reposer et de dormir, dans l’espoir de les forcer à évacuer.

Selon Linah Alsaafin (une journaliste du journal Palestinien Aljazeera), ce concept d’actions nocturnes est né sur la bande de Gaza, quand les jeunes se rapprochaient le plus possible de la frontière orientale et faisaient le plus de grabuge possible, en diffusant des chants palestiniens dans des haut-parleurs, et en lâchant des « ballons incendiaires », une arme utilisée par les palestiniens.

Le décalage est flagrant. Les armes qu’ont les Palestiniens pour se défendre ne font pas le poids face au lourd armement de pointe d’Israël. En tout cas, leur manque de ressources matérielles ne les empêche pas au contraire d’avoir une force morale et une détermination à toute épreuve. Le peuple Palestinien, et en particulier les jeunes, continuent de montrer qu’ils sont prêts à se battre jusqu’au bout, et qu’ils ne cesseront pas de lutter tant que la Palestine ne sera pas libre.




Mots-clés

Cisjordanie   /    colonisation   /    Israël   /    Palestine   /    Monde