^

Politique

Scandale des EHPAD

"Papa a perdu sa dignité là-bas" Après Orpéa, le groupe Korian accusé de maltraitance sur ses résidents

Ce mercredi 8 juin, pas moins de 30 plaintes ont été déposées devant une douzaine de tribunaux en France contre le groupe Koria, pour maltraitances et homicides involontaire sur les résidents.

jeudi 9 juin

Après le scandale qu’avait ouvert le livre de Victor Castanet « Les fossoyeurs » sur les EHPAD du groupe Orpéa, c’est désormais au tour du groupe Korian, leader en France, d’affronter une vague d’accusations en ce qui concerne le traitement des personnes âgés au seins de leurs différentes infrastructures en France.

Le personnel de l’ehpad Les Merlettes à Sarcelle du groupe Korian avait déjà dénoncé, en mars dernier, en déclarant une grève, la maltraitance des résidents et le sous-effectif permanent, qui empêchait et une bonne prise en charge des personnes âgés. Bien qu’impacté par la crise sanitaire à l’époque, les problèmes étaient les mêmes alors que le groupe dépasse les milliards de chiffres d’affaire depuis plusieurs années et qu’ils ne cessent de racheter des maisons de retraites !

Ce mercredi 8 juin, dans une continuité avec la dénonciation du personnel de Sarcelle, ce sont des familles de pas moins de 12 infrastructures du groupes Korian qui sont visés par 30 plaintes pour maltraitance et homicide involontaire.
Les témoignages des familles dénoncent avec horreur la misère et la solitude dans lesquelles vivent nombres de personnes âgés au quotidien.

C’est notamment le cas du témoignage de Elizabeth, recueilli par France Info et qui explique que son père est mort d’une fausse route en mangeant seul dans sa chambre alors que le médecin avait prescrit qu’il mange en salle commune avec l’aide d’un auxiliaire. Nous citons ici une partie de l’interview de France info pour souligner l’horreur du quotidien de nos anciens : « Tous les jours durant lesquels il est resté là-bas, il nous disait « sortez-moi de là, ils ne sont pas gentils […] Ça nous a traumatisés […] On le voyait décliner de jour en jour. Papa a perdu sa dignité là-bas. Je l’ai vu pleurer ! Ce n’était plus vivable pour lui mais on n’avait aucune solution »

Malheureusement le cas d’Elizabeth n’est pas isolé et de nombreux témoignages délivrent les mêmes scènes insoutenables de mépris, de détérioration des conditions de vie et de perte de dignité. Le plus révoltant, sans doute, est le montant exigé par mois pour ces établissements qui peuvent dépasser les 4000 euros. Le groupe fait alors des économies sur les traitements médicaux et sur la prise en charge des résidents afin de tirer profit de ces montants exorbitants, allant même jusqu’à instaurer un rationnement de couches et à sauter des repas ! Des politiques criminelles pour un groupe à plusieurs milliards d’euros de chiffres d’affaire !

Korian illustre parfaitement les politiques néo-libérales qui placent le profit avant la condition humaine et qui instaurent une vision entrepreneuriale de la prise en charge et des soins des personnes âgées qui ne peuvent plus vivre seules. Au fur et à mesure que le groupe augmente son chiffre d’affaire, les conditions de vies des résidents se détériorent. Il est aujourd’hui nécessaire d’investir massivement dans les ehpads afin d’améliorer les conditions de vies des résidents et les conditions de travail du personnel, tout en nationalisant l’ensemble des services de santé pour les mettre au véritable service des patients et de la population.

Face à ces scandales qui ne cessent d’éclater il est nécessaire de lutter contre le gouvernement et contre ces politiques néolibérales avec comme objectif la nationalisation des ehpads et la gestion de ces derniers par les travailleurs eux-mêmes parce que nos vies valent plus que leurs profits !



Mots-clés

Orpea   /    EHPAD   /    Scandale   /    Santé   /    secteur santé   /    Politique