×

Mouvement étudiant

Paris 8. Des centaines de personnes en Assemblées Générales et une semaine de mobilisation votée

Comme dans beaucoup d'universités, le 49.3 n’a pas marqué la fin de la mobilisation chez les étudiants et personnels de Paris 8. Au contraire, il a plutôt été l’occasion d’un nouveau départ. Depuis plus d’une semaine, des centaines de personnes se réunissent quotidiennement dans différentes AG.

Facebook Twitter
Paris 8. Des centaines de personnes en Assemblées Générales et une semaine de mobilisation votée

Crédits photo : Révolution Permanente

Comme lundi dernier, environ 300 étudiants, personnels et enseignants de l’université se sont réunis en Assemblée Générale ce vendredi pour continuer la mobilisation. A l’issue de celle-ci, une semaine de mobilisation a été votée pour la semaine prochaine ainsi qu’une prochaine Assemblée Générale. Et à n’en pas douter, la colère qui s’est exprimée dépasse de très loin la simple question des retraites. Au cœur des discussions, la question du 49.3 a été abordée, mais aussi celle de la précarité étudiante, de la loi immigration ou encore de la crise climatique.

Si nulle part le 49.3 n’a éteint la détermination de la population à lutter contre la réforme des retraites et qu’on a vu fleurir de multiples manifestations sauvages aux quatre coins de la France, mais aussi des grèves et des blocages dans des centres stratégiques de l’économie, au sein des université non plus la colère ne s’est pas éteinte. Et si les rues ont encore débordé de manifestants ce jeudi, avec 3,5 millions de personnes en manifestation, en Assemblée Générale aussi, les amphithéâtres ont commencé à déborder dans de nombreuses villes.

À Paris 8, cette semaine a été le théâtre d’une multiplication des assemblées générales de différents départements, lors desquelles se sont réunis plusieurs centaines d’étudiants. 200 étudiants se sont par exemple réunis rien que dans le département de langue, 200 autres se sont réunis ce vendredi en Assemblée d’UFR regroupant les étudiants de science politique, histoire et sociologie entre autres, et 200 autres étudiants étaient réunis pour la première fois depuis des années en Assemblée Générale de psychologie. Les départements de mathématiques, d’informatique, de photo et de lettres ont connu aussi leurs premières Assemblées Générales entre étudiants et enseignants de la même filière.

Une dynamique extrêmement encourageante et qui était jusqu’ici confinée aux cinq départements de l’UFR Arts, à savoir celui de philosophie, de musicologie, de théâtre, de cinéma et d’arts plastiques qui se réunissaient déjà lors des semaines précédentes. Pour le moment, ces derniers constituent plus ou moins le cœur de la mobilisation de l’université, notamment avec l’occupation permanente du hall d’un des bâtiments, renommé le carré rouge. Un espace que se sont réapproprié les étudiants et qui sert de lieu de vie informel où peuvent se retrouver les étudiants mobilisés, mais aussi où les Assemblées Générales peuvent se tenir.

Lors des semaines de mobilisation précédentes, des journées exceptionnelles de mobilisation avaient été organisées au carré rouge pour l’ensemble des étudiants de l’UFR d’Arts. Lors de celles-ci, aucun cours n’a eu lieu et des ateliers organisés par les étudiants et les professeurs se sont tenus au sein du carré rouge, avec des discussions sur les métiers de la culture, la répression ou encore les conditions de vie étudiante. Une façon d’ancrer et de visibiliser la mobilisation dans l’université, tout en proposant des moments de discussion alternatifs aux traditionnelles Assemblées Générales du mouvement étudiant.

C’est dans la continuité de cette logique que l’Assemblée Générale plénière de ce vendredi a décidé de voter une semaine de festival de la mobilisation sur l’université, lors de laquelle de multiples ateliers ont été programmés pour rythmer la semaine prochaine, avec l’ambition justement de permettre une Assemblée Générale massive. Un objectif qui répond à une préoccupation d’une importance capitale pour le mouvement étudiant, celui de réussir le pari de la massification et de l’auto-organisation.

A également été discutée la nécessité de se lier aux travailleurs et travailleuses en grève. Jeudi, les personnels de l’université ont reversé 5000 euros de leur propre caisse de grève à celle des éboueurs en grève reconductible depuis plus de deux semaines ; un geste visant à les pousser à aller jusqu’au bout et à tenir jusqu’au retrait total de la réforme des retraites. La semaine de mobilisation a, de ce point de vue, également pour objectif de chercher à sortir de l’université, en allant à la rencontre des travailleurs de secteurs les plus proches.

En effet, c’est bien à partir de là que le mouvement étudiant pourra peser lourdement dans le rapport de force face au gouvernement, et jouer un rôle probablement décisif pour arracher la victoire. Alors que de nombreux secteurs du monde du travail, des raffineurs aux éboueurs, en passant par les énergéticiens et les cheminots sont entrés dans une grève dure face au gouvernement, le mouvement dans les universités doit se donner les moyens de peser dans la balance. C’est la combinaison entre une quantité massive d’étudiants mobilisés, des cadres d’auto-organisation et la jonction avec la classe ouvrière qui permettra de faire plier le gouvernement.


Facebook Twitter
« J'ai souvent ressenti un isolement cruel » : trois lycéens témoignent sur la pression scolaire

« J’ai souvent ressenti un isolement cruel » : trois lycéens témoignent sur la pression scolaire

L'Oréal, un soutien d'Israël et de la colonisation partenaire de l'Université Paris-Cité

L’Oréal, un soutien d’Israël et de la colonisation partenaire de l’Université Paris-Cité

Université du Mirail : tout comprendre à la suppression des rattrapages

Université du Mirail : tout comprendre à la suppression des rattrapages

Répression de l'activité politique étudiante à Nanterre : un front dénonce la politique de la Présidence

Répression de l’activité politique étudiante à Nanterre : un front dénonce la politique de la Présidence


Ouverture de la plateforme Mon Master : top départ pour les Hunger Games étudiants

Ouverture de la plateforme Mon Master : top départ pour les Hunger Games étudiants


Austérité : le « gouvernement des jeunes » nous promet plus de précarité et (encore) moins d'écologie

Austérité : le « gouvernement des jeunes » nous promet plus de précarité et (encore) moins d’écologie


« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !