^

Jeunesse

Précarisation de l'université

Paris 8. Soutien aux agents de la BU, en grève de solidarité avec 3 contractuels non-renouvelés !

Ce mardi, les agents de la bibliothèque de Paris 8 ont démarré une grève de solidarité avec trois de leurs collègues contractuels, informés il y a quelques jours que leur contrat ne serait pas renouvelé. L’occasion de porter des revendications plus larges par rapport à la précarité et aux conditions de travail des contractuels. Lors de l’AG, la grève a été reconduite à la majorité jusqu’à la prochaine AG qui se tiendra jeudi à 10h !

mercredi 17 novembre

Mercredi 10 novembre, 52 agents de la Bibliothèque de l’Université Paris 8 à Saint-Denis se réunissaient pour voter une grève de solidarité envers trois contractuels, deux magasiniers et un bibliothécaire, qui apprenaient quelques jours avant le non-renouvellement de leur contrat. Une grève visant à dénoncer une situation où, malgré le fait que ces trois contractuels travaillent depuis plusieurs années au sein de l’université, la direction de la BU a décidé de ne pas les remplacer. Refusant de laisser la direction jouer de la précarité des contractuels et les utiliser comme variable d’ajustement, l’Assemblée Générale a voté la grève à 42 voix pour.

La grève a donc démarré ce mardi 16 novembre, et les salarié.es mobilisé.es se sont rassemblés dès 8h30 lors d’un piquet devant les portes de la BU. Les grévistes exigent :

  • La titularisation des deux collègues magasiniers contractuels
  • La pérennisation du collègue bibliothécaire contractuel sur un support de poste bibliothécaire
  • Un droit de prévenance pour tous les employé.es contractuel.les, c’est-à-dire le droit d’être informé du renouvellement ou du non-renouvellement de leur contrat 6 mois avant son échéance
  • La consultation des agents d’un même service lors du recrutement en interne d’un agent au poste de responsable de ce service

Vers 13h, les grévistes se sont réunis en Assemblée Générale et ont pris la parole lors d’interventions qui ont montré leur détermination à aller jusqu’au bout de leur lutte en solidarité avec les contractuels. Ces dernier.es sont intervenus pour rappeler leurs conditions précaires, et notamment des étudiantes contractuelles qui ont dénoncé le fait que leurs droits passent à la trappe. Elles ont en ce sens rappelé leurs revendications :

  • L’exigence d’être payé.e immédiatement pour le mois d’octobre 2021 et que cela ne se répète pas les années à venir
  • Le respect des congés maladie et des congés payés, dans la mesure où les étudiant.es contractuel.les relèvent du régime général des contractuels du droit public et ont donc les mêmes droits
  • Être rémunéré.e comme tous les autres contractuel.les pendant la fermeture de la BU en décembre
  • L’augmentation des salaires et leur indexation sur l’inflation
  • Le repas à un euro, et ce pour tous les étudiant.es (hors travailleurs.ses également)
  • L’exemption des droits d’inscription universitaire pour tous les contractuels, prévue dans la Charte d’organisation des études de Paris VIII

Des travailleurs.ses d’autres lieux de travail ont également répondu à l’appel. Nadia, travailleuse à la médiathèque de Saint-Denis, est ainsi intervenue pour apporter le soutien des grévistes des médiathèques de la Plaine Commune, en grève contre leur direction qui souhaite faire travailler les 260 salariés des médiathèques le dimanche. Des membres du collectif Précaires DTR VNR, en grève le 5 octobre pour une amélioration de leurs conditions de travail, étaient également présent.es pour affirmer leur solidarité, dans la perspective de tisser des liens. Affirmant leur volonté de continuer et d’étendre la grève au-delà des travailleurs de la Bibliothèque, les grévistes ont voté une motion de soutien aux grévistes des médiathèques de Plaine Commune et au collectif Précaires DTR VNR.

Tout au long de l’Assemblée Générale, les grévistes ont affirmé leur volonté de s’organiser à la base et de contrôler la grève. En ce sens, ils ont élu un comité de grève, composé de 7 délégués, qui ira au rendez-vous avec la DRH et la DGS en présence de la direction de la Bibliothèque ce mercredi. À la fin de l’AG, la grève a été votée à la majorité jusqu’à la prochaine AG, qui se tiendra ce jeudi à 10h !




Mots-clés

Jeunesse   /    Paris 8   /    Grève   /    Université   /    Jeunesse