^

Jeunesse

Sélection à l'université

Paris 8 : toujours pas d’inscription pour des centaines d’étudiants, dont des réfugiés d’Ukraine

Depuis ce lundi, à Paris 8, des centaines de jeunes font la queue pendant des heures en espérant obtenir une admission à la fac. Or, cette année, la sélection laissera encore plus d'étudiants sur le carreau puisque des dizaines d'étudiants réfugiés de la guerre en Ukraine s'ajoutent aux étudiants refusés par Parcoursup et aux autres étudiants étrangers.

jeudi 8 septembre

À quelques jours de la rentrée, des centaines de jeunes font la queue tous les jours à Paris 8 dans l’espoir d’obtenir une inscription à l’université. Ils tentent leur chance en passant par la commission de dérogation, une instance qui a pour fonction d’inscrire les étudiants en L1 au cas par cas, en dehors des procédures habituelles mais qui ne finit par accepter que peu de monde.

Parmi eux, des étudiants laissés sur le carreau par Parcoursup – qui sont au nombre de 94 000 cette année - et une majorité d’étudiants étrangers refusés par Campus France ou qui viennent tout juste d’arriver sur le territoire. Beaucoup sont dans une situation de grande précarité, comme nous l’a raconté l’un d’entre eux, qui, sans-papiers et sans domicile, loge au Samu social avec sa mère.

La sélection sera cette année d’autant plus dure à Paris 8, qu’à ces centaines de personnes viennent s’ajouter des dizaines d’étudiants étrangers réfugiés de la guerre en Ukraine. Après avoir fui les bombes et tout laissé pour quitter le territoire, ils s’étaient déjà confrontés à la politique raciste des universités, refusant de les inscrire l’année dernière. Aujourd’hui, ils tentent encore une fois leur chance. Une étudiante raconte : « Je suis de nationalité comorienne, je viens d’Ukraine et ça fait déjà six mois que je suis en France [...]. La préfecture nous oblige à avoir des inscriptions [...] et les universités ne nous acceptent pas. »

Il est inacceptable que ces étudiants soient mis en concurrence pour être admis. Cette situation n’est que le fruit des politiques de sélection sociale imposées par le gouvernement français depuis des années pour refermer les portes de l’université et en restreindre l’accès aux jeunes les plus précaires, aux classes populaires et aux étudiants étrangers.

Et la macronie aura beau répéter qu’il n’y a pas assez d’argent pour permettre à tous les jeunes qui le souhaitent d’étudier, il est surtout clair que ses priorités sont ailleurs, car dans le même temps, 15 milliards d’euros sont investis dans la création de 8500 nouveaux postes de policiers et de gendarmes.

Dans ce contexte, il est évident qu’il va falloir se battre contre les prochaines attaques du gouvernement pour dégrader encore plus nos possibilités et conditions d’études et pour un investissement massif dans les universités, plutôt que dans les forces répressives. À Paris 8, il faut dénoncer haut et fort la situation et exiger l’inscription immédiate de tous ces étudiants, sans distinction de nationalité ou de parcours.



Mots-clés

Guerre en Ukraine   /    Etudiants étrangers   /    Etudiants    /    Saint-Denis   /    Paris 8   /    Sélection à l’université   /    Université   /    Réfugiés   /    Jeunesse