^

Politique

Contre l'extrême-droite, contre Macron

Paris : plusieurs milliers de personnes contre les idées d’extrême-droite

Ce dimanche, entre 2000 et 3000 personnes se sont rassemblées à Paris contre les idées d'extrême-droite à une semaine des élections présidentielles. RP était présent, contre l'extrême-droite et Macron.

lundi 4 avril

Crédits photo : Révolution Permanente

Ce dimanche 3 avril, à une semaine des élections présidentielle, entre 2000 et 3000 personnes ont manifesté pour revendiquer « pas une voix » pour l’extrême droite. Cette manifestation à l’appel des organisations politiques et syndicales (NPA, Jeune Garde, CGT, Solidaires etc.) qui se sont donné rendez-vous pour un ultime bras de faire dans la rue avant le premier tour dans le but de dénoncer « des discours haineux, racistes, islamophobes antisémites sexistes et lgbtiphobes notamment incarnés par Zemmour et Le Pen ».

Cette manifestation était notamment l’occasion de rendre hommages aux victimes de l’extrême-droite meurtrière, oubliées des grands médias et de la bouche des politiciens professionnels.

Différents militants des mouvements sociaux étaient présents à cette manifestation comme Anthioumane, du collectif sans papiers qui dénonce le rôle de l’extrême-droite et des grands médias « qui n’ont pas d’autres projets que le racisme et l’islamophobie ».

Révolution Permanente était présent dans la manifestation derrière la banderole « Pour gifler l’extrême droite, Macron et le Racisme d’Etat : Riposte Ouvrière et Populaire ». Présent dans le cortège, Anasse Kazib a déclaré « C’était important d’être là parce qu’on doit prendre la rue pour manifester et lutter contre l’extrême-droite. La réalité, c’est que ce n’est pas un bulletin dans l’urne qui fait barrage à l’extrême-droite. Ces gens ne vont disparaitre après les élections. La meilleure réponse, c’est prendre la rue. Il nous faut un bloc de résistance, cette manifestation est une première étape ».

A l’animation du cortège, Irène, militante de Révolution Permanente et du Poing Levé P8, a insisté : « Si on était là aujourd’hui, c’est pour réaffirmer notre opposition au gouvernement qui depuis le début du quinquennat pave la voie à l’extrême-droite, laisse cours à des actes comme celui du meurtre du rugbyman Arumburu avec le passage de la Loi Séparatisme qui discrimine encore plus les musulmans ou les personnes assimilées, avec la loi Sécurité Globale qui renforcent l’impunité policière ou encore la dissolution d’organisations politiques comme le groupe anti-fasciste de Lyon, comme le CCIF ou encore le collectif Palestine Vaincra ».

La mobilisation contre le climat réactionnaire de l’élection en cours doit rester l’une des priorités. Passées les élections et quelques en soit leur issue, l’extrême-droite aura profité d’une visibilité de ses discours inédites sous la 5ème république. La lutte dans la rue pour faire bloc contre les politiques néolibérales et sécuritaires qui pavent la voie à l’extrême-droite et aux secteurs les plus réactionnaires doit être une priorité des militants anticapitalistes.



Mots-clés

Présidentielles 2022   /    Eric Zemmour   /    Marine Le Pen   /    Manifestation   /    Emmanuel Macron   /    Extrême-droite   /    Politique