^

Politique

Antisémitisme

« Pas racistes ou xénophobes » : la « France en colère » dénonce les actes antisémites et les « manipulations » du gouvernement

Depuis une semaine, le gouvernement cherche à instrumentaliser des actes antisémites pour décrédibiliser les Gilets Jaunes. Dans un communiqué, les Gilets Jaunes de la « France en Colère » dont fait partie Eric Drouet, affirment n’être ni « racistes ou xénophobes », dénoncent ces actes antisémites, survenus pour la plupart en dehors des manifestations et accuse le gouvernement de vouloir décrédibiliser la mobilisation.

mercredi 20 février

Photo : REUTERS/Gonzalo Fuentes

Si, contrairement à ce qu’a affirmé Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, Alain Finkelkraut n’a jamais été « hué aux cris de ‘’sale juif’’ » en marge d’une manifestation de Gilets Jaunes, samedi dernier, il n’empêche que les insultes qu’il a reçu avaient un caractère clairement antisémites : « sale race », « retourne dans ton pays » sont celles qu’on peut entendre sur la vidéo.

Oui, elles ont été proférées par un Gilet Jaune. Oui, il existe parmi les Gilets Jaunes mobilisés, des militants d’extrême-droite ou soraliens qui baignent dans la théorie du complot et la haine anti-juifs. Mais ces positions, à combattre au sein du mouvement, sont de portée individuelle. A aucun moment, les slogans racistes ou xénophobes n’ont été portés par l’ensemble du mouvement des Gilets Jaunes qui, à plusieurs reprises, ont chassé les militants identifiés à l’extrême-droite de ses manifestations. La « France en Colère », groupe de Gilets Jaunes lancé notamment par Eric Drouet le rappelle aisément : « Non. Nous ne sommes pas racistes ou xénophobes !! » déclarent-ils dans un communiqué paru mardi 19 février.

La France en Colère dénonce les « Fake News » du gouvernement. En particulier celle de Benjamin Griveaux. « Quand le porte-parole du gouvernement annonce une inscription honteuse sur une vitrine [Bagelstein] alors que le propriétaire explique lui-même que cela n’a pas du tout été réalisé pendant la manifestation… » explique le communiqué. « Même chose pour les portraits de Simone Veil profanés… ».

Associer l’ensemble des Gilets Jaunes aux actes antisémites et racistes est « la nouvelle technique de déstabilisation de l’opinion publique et de décrédibilisation du mouvement des Gilets Jaunes » explique-t-il. « Tous les acteurs du gouvernement mettent en scène des discours et des actes visant à prouver que l’ensemble des citoyens mobilisés partout en France sont racistes et xénophobes », chargeant en particulier « la campagne de communication sur fond de peur et de défiance de l’autre ».

Contre ces accusations, la France en Colère réaffirme son adhésion au principe « d’amitié entre les peuples », au « respect de chacun » et aux valeurs « humanistes » qui ont été plus d’une fois, dans des élans de solidarité, démontrées depuis le début de la mobilisation.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Politique