^

Du Pain et des Roses

58ème Féminicide

#PasUneDePlus. À Bordeaux, rassemblement dimanche en hommage à Sandra P. tuée par son ex-conjoint

Ce vendredi, Sandra P., une femme de 30 ans a été retrouvée morte à son domicile à Bordeaux, poignardée à plusieurs reprises. Son ex-conjoint, interpellé dans la journée, a reconnu être responsable de ce meurtre. 58ème féminicide de l’année 2021, un rassemblement est organisé ce dimanche sur le lieu du crime en hommage à la victime pour crier haut et fort #PasUneDePlus.

samedi 3 juillet

Ce dimanche, un rassemblement est appelé à Bordeaux, en hommage à la 58ème victime de féminicide. Le rendez-vous, organisé par Les Colleuses, NousToutes et Planning Familial, aura lieu dimanche 4 juillet à 16h, devant la maison de la victime rue Camena-d’Almeida à Bordeaux.

Malgré le fait que le meurtrier soit connu par la police pour des faits de violences conjugales, des preuves de textos “malveillants” qui avait entraîné une plainte de la victime et une interdiction de rentrer en contact avec elle, le drame n’a pas été évité.

Un scénario qui rappelle ceux de Chahinez et de Stéphanie, qui avaient toutes les deux contacté la police, craignant pour leur vie, sans que cela ait changé le dénouement tragique. Si concernant les deux féminicides cités une mission d’inspection pour faire “toute la lumière” sur ces deux affaires a été ouverte, le nombre de féminicides ne cesse d’augmenter : une femme meurt en moyenne tous les trois jours en France depuis le début de l’année 2021 ; preuve que toutes les mesures prises par le gouvernement, ainsi que les enquêtes faites après un féminicide n’ont aucune valeur dissuasive pour ceux qui ont été bercés dans une société patriarcale. Le problème ne concerne pas seulement quelques hommes isolés mais bien les fondements du système patriarcal, avec toute sa dimension structurelle, et il s’agirait de questionner cela et d’attaquer ses racines afin que plus une femme ne meure à cause de son genre.

Même si Marlène Schiappa explique au Journal du Dimanche pour le forum Génération Egalité qu’il “a fallu attendre 2017 pour que la lutte contre les violences conjugales soit une priorité, le président de la République en a fait la grande cause de son quinquennat et nous avons organisé une mobilisation inédite, avec des mesures concrètes, avec le Grenelle des violences conjugales. [...] On se doit de faire plus, la France prend toute sa place de leader.”. Mais dans les faits, la principale solution apportée reste le renforcement de l’arsenal répressif : “la police et la gendarmerie sont notre instrument le plus important contre les violences dont les femmes sont victimes”.

Or comme nous ne cessons de le voir, ce n’est pas le renforcement de l’appareil répressif de l’Etat, qui d’autant plus instrumentalise le féminisme à des fins racistes et réactionnaires, qui mettra un terme à l’enfer que ces femmes subissent, mais bien des mesures d’urgence d’éloignement effectif des auteurs des violences et leur prise en charge psychiatrique par des professionnels, ainsi que des moyens pour l’ouverture de centres d’accueil et de soin pour les victimes plutôt que pour la police.

Ainsi, nous appelons à nous mobiliser et venir au rassemblement de demain organisé par Les Colleuses, NousToutes et Planning Familial, soit dimanche 4 juillet à 16h, devant la maison de la victime rue Camena-d’Almeida à Bordeaux.




Mots-clés

violences sexistes   /    Féminicide   /    Bordeaux   /    Violences faites aux femmes   /    Du Pain et des Roses