^

Politique

PS : Parti-(anti)Socialiste

Pass sanitaire : 15 départements PS refusent de verser le RSA aux travailleurs privés de salaires

Ce vendredi, 15 présidents de départements à majorité PS ont écrit à Jean Castex pour s'opposer au versement du RSA aux personnes suspendues de salaires pour refus d'obligation de vaccination. Une manière de sanctionner encore un peu plus ceux qui ont déjà perdus leur salaire.

lundi 1er novembre

Ce vendredi 29 octobre, 15 présidents de département ont signé une lettre au gouvernement dans laquelle ils annoncent leur refus de verser le RSA (dont sont responsables les départements) aux personnes privées de salaires pour non-vaccination. Parmi eux, les conseil départementaux de Gironde, des Landes, de la Haute-Vienne, du Lot-et-Garonne... qui ont tous un point commun : être présidés et à majorité PS. Selon ces instances, la décision du gouvernement de faire verser par les collectivités locales le revenu de solidarité active (RSA) serait « anti-législative ».

En effet, ils réclament que le RSA soit réservé aux personnes dans l’« impossibilité » d’avoir des revenus d’activité et ne serve pas à «  financer les pertes de ressources des personnes qui ne sont pas vaccinées  » comme le rapporte Xavier Fortinon, le président (PS) du département des Landes interrogé par France Bleu Gascogne. Pour ces élus du Parti Socialiste, ce n’est pas tant une question d’argent, puisque, comme l’indique une source proche du dossier à LCI, «  le nombre de personnes concernées est minime, puisque peu de professions sont concernées par cette obligation vaccinale et beaucoup se sont fait vacciner  ». C’est avant tout une «  question de principe  » afin de refuser «  une décision prise par le ministère des Solidarités et de la Santé sans consultation des départements  ».

Un caprice de ces présidents de départements qui expliquent hypocritement qu’«  il faut évidemment ne laisser personne sans aucun revenu  » mais privent de fait des dizaines de familles de moyens de subsistance. Ces 15 départements instrumentalisent donc les non-vaccinés et les privent d’aides sociales pour afficher leur opposition au gouvernement.

En réalité, cette réaction s’inscrit entièrement dans la logique du gouvernement qui a décidé de sanctionner les personnes encore réticentes à la vaccination à coups de suspensions de salaire, de démissions forcées, et de licenciements. Elle n’est qu’un complément à la gestion de crise anti-social et autoritaire de Macron.

Alors qu’une cinquième vague épidémique débute en Europe, il est nécessaire de dénoncer toutes les attaques sociales et sanctions contre les travailleuses et travailleurs non-vaccinés, menées aussi bien par le gouvernement et son autoritaire pass-sanitaire que les collectivités locales. A l’inverse, nous revendiquons un réel programme qui sur le plan sanitaire doit articuler une défense de la vaccination et de moyens pédagogiques de la mettre en œuvre, des moyens massifs pour la santé ainsi qu’un plan de prévention pour en finir avec la gestion autoritaire des vagues successives liées à l’impréparation du gouvernement, mais également la libération des brevets pour permettre à l’ensemble des pays d’accéder au vaccin et en finir avec la pandémie.




Mots-clés

Pass sanitaire   /    Vaccin   /    gouvernement   /    Crise sociale   /    PS   /    Politique