^

Politique

Acte 2

Passeports diplomatiques : Benalla en garde à vue, l’Elysée l’accuse de "falsification" de document

Nouveau rebondissement dans l’affaire Benalla, l’ancien garde du corps du Président de la République a été placé aujourd’hui en garde à vue dans l’enquête sur les passeports diplomatiques.

jeudi 17 janvier

Benalla aura finalement été placé en garde à vue. Pourtant, ce n’est pas pour avoir frappé des manifestants de façon totalement gratuite le 1er mai que le nervis de Macron est aujourd’hui inquiété par la Justice mais pour l’affaire des « passeports diplomatiques » qui, en décembre dernier, a remis en lumière un scandale dont les zones d’ombres persistent.

Crédit photo : Reuters.

Cette semaine, on apprenait ainsi dans Le Canard Enchaîné que le deuxième passeport diplomatique dont disposait Benalla avait été délivré le 28 juin 2018, près de 2 mois après que celui-ci ait violenté des manifestants Place de la Contrescarpe.

Or, interrogé hier par la commission d’enquête sénatoriale, Patrick Strzoda, le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, affirme que ce passeport aurait été délivré à la suite d’une lettre du chef de cabinet falsifiée par Benalla lui-même. Une révélation qui conduit à élargir l’enquête à un nouveau chef d’accusation : « faux » et « usage de faux » et qui permet surtout de charger Benalla, en faisant de toute cette affaire le fruit des dérives d’un individu et de simples dysfonctionnements bureaucratiques.

Evidemment, si le gouvernement semble désormais désireux de faire payer Benalla, ces révélations et cette « garde à vue » ne font pas oublier l’impunité surprenante dont a joui le proche du président depuis l’éclatement de l’affaire. En décembre, Benalla avait ainsi révéler être toujours en contact régulier avec le président et lui rendre compte de ses différents déplacements. Alors que le rôle exact de Benalla reste flou, le passage à l’offensive de l’Elysée contre celui qu’elle a longtemps couvert pourrait ainsi amener de nouvelles révélations à un moment critique pour l’Elysée.




Mots-clés

Affaire Benalla   /    Politique