^

Monde

Contrat de la mort

Pendant qu’Israël bombarde Gaza, Biden lui vend 735 millions de dollars de bombes

Un article récent du Washington Post nous apprend que l'administration Biden aurait débloqué une vente de près de 735 millions de dollars de missiles guidés à Israël, une semaine avant le début des bombardements de Gaza. Une somme pourtant dérisoire en comparaison aux milliards versés par les Etats-Unis à Israël chaque année.

mardi 18 mai

Crédit photo : © YOUSSEF MASSOUD / AFP

Une source proche du Capitole aurait précisé au Washington Post que la vente d’armes d’une valeur de 735 millions de dollar à Israël serait majoritairement constituée de missiles à guidage de précision. Ces mêmes missiles qui bombardent actuellement la population de Gaza et tue à 40% des femmes et des enfants.

Ces missiles sont utilisés pour viser des cibles précises, comme l’immeuble abritant les bureaux du média Al-Jazira et l’agence de presse américaine Associated Press à Gaza. Il n’y a évidemment aucune surprise quant à la vente d’armes par les Etats-Unis à son principal allié dans la région, sachant qu’Israël dédie 64% de ces importations d’armement à l’achat d’armes américaines. Une somme en réalité assez faible si on la compare au véritable plan d’armement signé en 2016 et à valeur de 10 ans qui alloue de la part des Etats-Unis près de 38 milliards de dollars à Israël.

Devant la montée (bien que timides) des critiques internes au sein du Parti Démocrate et le potentiel d’extension de la lutte pour l’autodétermination du peuple palestinien, Biden s’était récemment ravisé, gaussant de progressisme en demandant un cessez-le-feu. Une déclaration qui ne laisse aucune illusion après avoir réaffirmé comme l’ensemble de ces prédécesseurs le soutien du gouvernement américain à l’État d’Israël pour « son droit à se défendre ».

C’est d’ailleurs en ce sens que les Etats-Unis ont systématiquement refusé au sein du conseil de sécurité de l’ONU la moindre notion critique de son allié israélien. Si, à Washington, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a annoncé l’envoi d’un émissaire au Proche-Orient pour exhorter Israéliens et Palestiniens à la « désescalade » la politique de Biden a avant tout un intérêt stratégique, celui de maintenir l’Etat d’Israël comme une enclave pro impérialiste dans la région et éviter que les mobilisations actuelles du peuple palestinien ne deviennent un véritable problème politique central. Rappelons qu’en 2013, Biden, alors vice-président, était allé jusqu’à dire que si « Israël n’existait pas, les Etats-Unis devraient l’inventer pour s’assurer que nos intérêts soient préservés ».

Les bombardements d’Israël sur la zone de Gaza ainsi que les mobilisations massives du peuple palestinien sont une épine dans le pied du projet politique de Biden. L’industrie de la mort de Biden qui arme aujourd’hui Netanyahou et le gouvernement israéliens sert au bombardement de Gaza, à la répression du peuple palestinien et ne sont qu’une infime partie des milliards alloués chaque année par le gouvernements successifs à Israël. le gouvernement Biden favorise les agissements coloniaux d’Israël en leur vendant des armes qui servent évidemment à tuer les civils palestiniens. Encore un exemple frappant de la violence de l’impérialisme qui derrière son « soutien au cessez-le-feu » entretien la guerre de manière très concrète. D’ailleurs s’il fallait encore démontrer l’hypocrisie impérialiste, en tant que membre de l’administration Obama, Joe Biden avait par exemple défendu les actions d’Israël et ses assauts meurtriers contre Gaza, notamment en 2014, lorsque l’opération Bordure protectrice avait fait plus de 2000 morts, dont plus de 500 enfants. Une fois élu, l’administration Biden a décidé de maintenir son ambassade en Israël à Jerusalem et confirmé l’une des décisions les plus controversées du président Trump en matière de politique étrangère. Cette décision signalait déjà que la mandature Biden, s’inscrirait dans la poursuite du soutien inconditionnel des Etats-Unis à l’oppression de la Palestine et de l’ensemble des populations opprimées de la région.




Mots-clés

Joe Biden   /    Benyamin Netanyahou   /    Impérialisme   /    Israël   /    Palestine   /    Monde