^

Politique

le soutien opportuniste aux gilets jaunes

Petit rappel : Marine le Pen contre une amnistie des gilets jaunes condamnés

A l'approche des européenne, Marine Le Pen tente de surfer sur la vague anti-Macron, en appelant les Gilets jaunes à voter pour elle. L'occasion de revenir sur ce qu'il en est vraiment, notamment lorsque celle-ci s’affichait en opposition à l’amnistie des Gilets jaunes condamnés, en mars dernier.

jeudi 23 mai

Photo : EMMANUEL DUNAND AFP

Soutien indéfectible aux forces de l’ordre ? C’est ce que défendait Marine le Pen, en plein mouvement des gilets jaunes assurant que si elle arrivait au pouvoir, il n’y aurait aucune amnistie des Gilets jaunes condamnés pour « violences » contre les forces de police. Quand on voit l’ardeur avec laquelle la justice condamne les gilets jaunes, multipliant les comparutions immédiates - qui ne laisse pas le temps a l’accusé de préparer sa défense, qui aboutissent souvent sur des peines de prisons fermes, on ne peut qu’affirmer que Marine le Pen qu’entre la police et les manifestant, Marine Le Pen sait choisir son camp. De ce point de vue, que dire donc du cas d’Odile Maurin, Gilet jaune, en procès pour « violences » envers des policiers car son fauteuil roulant est considéré comme une « arme » ?

A l’inverse, les policiers mis en cause dans les dizaines de mutilations ayant eu lieu pendant les manifestations, crevant des yeux et attachants de mains, ne sont sûrement pas condamné par Marine Le Pen, qui attend des « éclaircissement » qui ne viendront jamais. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les déclarations de Marine le Pen en 2016 pendant la loi travail, qui dénonçait un gouvernement trop laxiste, et prônait l’interdiction de toutes manifestations.
Si marine le Pen dit soutenir le mouvement des gilets jaunes, c’est dans le seul but de canaliser le mouvement par les urnes. Et son programme n’est certainement pas celui des gilets jaunes : la hausse du SMIC ? Il n’en est pas question. Défendre les travailleurs ? Celle-ci s’aligne les intérêts du patronat. Défendre les droits démocratique ? Surtout pas. 
Que ce soit avec Macron ou le Pen, les deux faces d’une même pièce, ce sont les classes populaires qui vont trinquer pour les plus riches, dont les deux font parties. Le soutient des gilets jaunes par le Pen ne sont que des paroles, qui jamais ne sera traduit en actes.




Mots-clés

Rassemblement National   /    Gilets jaunes   /    Marine Le Pen   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique