^

Politique

Nos vies, leurs profits

Pfizer devrait engranger 15 milliards de dollars grâce à son vaccin en 2021

Alors que la crise des vaccins bat son plein, le laboratoire Pfizer devrait faire 15 milliards de dollars de bénéfices d’ici 2021 sur son vaccin. Des bénéfices sur le dos d’un enjeu mondial de santé publique qui ne peuvent pas manquer de déranger.

mercredi 3 février

Ce mardi 2 février 2021 le laboratoire Pfizer a annoncé lors de la publication de ses résultats trimestriels s’attendre à tirer des revenus d’environ 15 milliards de dollars US de la vente de son vaccin à ARN messager, développé en partenariat avec la société allemande BioNTech. Cette estimation de leurs bénéfices est uniquement basée sur les contrats déjà conclus avec les pays, mais le laboratoire espère conclure de nouveaux accords de vente avec les Etats qui devraient augmenter ces bénéfices.

Sur le dernier trimestre de 2020, Pfizer avait déjà engrangé 154 millions de dollars alors même que les plans de vaccination n’en étaient qu’à leurs balbutiements. Par ailleurs, les recommandations de l’agence européenne des médicaments sur la question de la sixième dose, qui permet aux soignants d’extraire une dose supplémantaire par rapport aux cinq prévues initialement par le laboratoire par flacon, ont joué un rôle déterminant sur ses bénéfices. En effet, en revoyant ses livraisons à la baisse pour un prix identique alors même que la pénurie de vaccins bat son plein, le laboratoire a pu maximiser ses profits.

Un véritable « jackpot » pour Pfizer qui, en 2019, lors de ce même quatrième trimestre avait enregistré une perte nette de 333 millions de dollars Pfizer, comme les autres gros laboratoires pharmaceutiques, profite ainsi de la crise et s’enrichit plus que jamais, alors même que le monde connaît une crise majeure. Des profits réalisés sur un enjeu de santé publique qui apparaissent d’autant plus scandaleux que loin d’être la rançon de l’apport de l’entreprise à la lutte contre le vaccin, ils vont de pair avec les dégâts générés par la propriété privée des moyens de production du vaccin et des brevets qui y sont attachés.

Comme le note la Fraction Trotskyste dans une récente déclaration : « Autant que l’art, la culture ou la terre, les connaissances scientifiques font partie des biens communs de l’humanité. Or, sous le capitalisme, ce sont des biens appropriés de manière rentière par une poignée d’entreprises privées à travers les brevets, les droits de propriété intellectuelle, les marques déposées et d’autres moyens similaires. Dans le cas des vaccins et des médicaments, la situation est encore plus grave, car elle implique directement la vie ou la mort de millions de personnes. Cela ne se produit pas seulement avec le Covid. Par exemple, plus de 100 000 enfants meurent chaque année en Inde de pneumonie, une maladie qui pourrait être évitée grâce au vaccin PCV13 dont le brevet est détenu par Pfizer et qui n’est pas accessible dans ce pays en raison de son prix élevé. »

En ce sens, les profits de Pfizer doivent nous scandaliser, et poser la question de la nécessaire socialisation de l’ensemble des grandes entreprises pharmaceutiques sous contrôle des travailleurs. Il s’agit en effet du seul moyen de profiter des avancées technologiques portées par ces firmes, souvent en collaboration avec la recherche publique, tout en rompant avec les effets mortifères de la propriété privée et de la transformation de la santé en marchandise.

 




Mots-clés

Vaccin   /    Crise sanitaire   /    #NosViesPasLeursProfits   /    Politique