×

1,99€ le litre

Plafonnement des prix du carburant à 2 € : Total lâche des miettes pour calmer la colère

Patrick Pouyanné, le PDG de TotalEnergies, a annoncé mercredi soir un plafonnement du prix des carburants jusqu’à la fin de l’année. A partir du 1er mars prochain, le litre de super ou de diesel ne dépassera pas 1,99 euros.

Nathan Deas

23 février 2023

Facebook Twitter

Crédits photo : PASCAL GUYOT / AFP

Moins de deux euros le litre garanti. Après avoir accordé l’an dernier des remises à la pompe de 20 puis de 10 centimes dans ses stations, TotalEnergies a annoncé, ce mercredi, un nouveau « geste » en faveur des automobilistes. A partir du 1er mars prochain, et jusqu’à la fin de l’année, les prix des carburants ne dépasseront pas les 1,99 euros dans l’ensemble des 3400 stations-service que le groupe compte en France, a annoncé son PDG, Patrick Pouyanné, mercredi soir dans le 20h de TF1.

L’annonce survient après la publication de nouveaux bénéfices historiquement élevés, le 8 février dernier, de 19 milliards d’euros en 2022 (après 15 milliards en 2021). La multinationale a su profiter en effet ces derniers mois des problèmes d’approvisionnement et de la guerre en Ukraine pour augmenter ses prix et ses marges.

Dans un contexte social éruptif, et alors qu’un mouvement de grève reconductible est appelé dans les raffineries à partir du 7 mars prochain, il était difficile pour la multinationale de n’accorder aucune confession. « C’est un coup de com’ » dénonce en ce sens Adrien Cornet de la raffinerie Total Grandpuits. « Patrick Pouyanné met en scène un cadeau, après avoir fait des profits historiques, à deux semaines d’une grève qui s’annonce suivie et d’appels à la reconductible » poursuit-il.

Pour les travailleurs et les classes populaires, le plafonnement des prix en question s’avère en outre minimal. « Deux euros le litre et on devrait dire merci à Total qui nous fait les poches depuis des années ? Un sous-traitant de Grandpuits me disait ce matin : « ça fait vingt ans que je fais tourner l’usine, je respire du benzène toute la journée et j’ai même plus les moyens de prendre ma voiture ». À Total, deux tiers des salariés sont sous-traitants et payés au niveau du SMIC » commente Adrien Cornet.

D’autant plus que comme le note France Info, "les prix bloqués ne profiteront pas à tout le monde. Les stations les plus chères se trouvent surtout dans les grandes villes et au bord des autoroutes. Dans une station au bord de l’A4, les prix n’atteignent pas encore les deux euros le litre [...] Aujourd’hui, le prix moyen du gazole et du sans-plomb 95 reste en dessous de 1,90 euro. Pour un spécialiste, le risque de Total est donc calculé. Les prix seront bloqués dès le 1er mars en France jusqu’à la fin de l’année 2023".

En revanche, la décision a un intérêt pédagogique. En effet, si Total peut baisser ses prix cela montre que ceux-ci ne sont pas purement le résultat de phénomènes extérieurs comme la guerre, mais que la hausse des prix est le produit de la recherche jusqu’au bout du profit dans de nombreux grands groupes. « Deux euros, c’est que dalle. Si nos entreprises étaient sous contrôle ouvrier, on pourrait réduire à mort les prix des carburants » s’insurge le raffineur.

Il conclue : « Face à l’inflation, l’enjeu central est toujours à l’augmentation des salaires. Chez les raffineurs on s’est battus ensemble contre l’inflation et pour nos salaires, et le 7 mars on appelle à retourner dans la bataille contre les retraites mais aussi pour nos salaires et le durcissement du conflit. Plus on sera nombreux à défendre cette perspective, plus la perspective d’une victoire est possible contre Macron mais aussi contre tous les Pouyanné ».


Facebook Twitter

Nathan Deas

@rp_deas

Campagne raciste : l'imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Campagne raciste : l’imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine

Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine


Georges Abdallah, un résistant communiste emprisonné depuis 40 ans qui révèle l'hypocrisie de Macron

Georges Abdallah, un résistant communiste emprisonné depuis 40 ans qui révèle l’hypocrisie de Macron

Avant de salir Manouchian, Le Pen déjeunait avec l'AfD qui appelle à la « remigration »

Avant de salir Manouchian, Le Pen déjeunait avec l’AfD qui appelle à la « remigration »

Marseille. La mairie vote la suspension des aides à l'UNRWA et acte son soutien au génocide

Marseille. La mairie vote la suspension des aides à l’UNRWA et acte son soutien au génocide

Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

Près de 700 millions d'euros retirés à l'Education : en plus du tri social, l'austérité

Près de 700 millions d’euros retirés à l’Education : en plus du tri social, l’austérité

Non au jumelage de Bordeaux avec Ashdod, ville israélienne qui bloque l'aide humanitaire vers Gaza !

Non au jumelage de Bordeaux avec Ashdod, ville israélienne qui bloque l’aide humanitaire vers Gaza !