^

Notre classe

Coronavirus

Aéronautique : les syndicats se coordonnent contre le redémarrage des usines voulu par Airbus

Ce 26 mars, plusieurs syndicats d'entreprises, donneurs d'ordres et sous-traitants de l'aéronautique, se sont réunis dans une première réunion pour s'opposer unitairement à la pression à la reprise du travail exercée par la direction de ce secteur pourtant non essentiel pendant la crise du coronavirus.

jeudi 26 mars

Crédits photo : La Dépêche du Midi

Dans le secteur de la métallurgie, que cela soit l’automobile ou l’aéronautique, le patronat est en train de mener une offensive forte pour maintenir l’activité, voire pour faire reprendre le travail dans les cas de fermetures lié à la situation exceptionnelle qui s’est ouverte avec l’extension du Coronavirus. Une politique criminelle, appuyée par des syndicats pro-patronaux comme Force Ouvrière, dans un secteur qui apparaît clairement comme non-essentiel dans la bataille actuelle contre l’expansion du Covid-19.

En début de semaine, Airbus a envoyé un courrier à l’ensemble des sous-traitants de l’aéronautique, mettant la pression pour une reprise du travail au détriment de la santé des travailleurs. Une situation d’autant plus absurde que, pour maintenir les profits de ce secteur non-essentiel dans la période, la direction d’Airbus a décidé de réquisitionner des dizaines de milliers de masques, pour ses ouvriers et ceux des sous-traitants. Ce sont ces mêmes masques que les personnels soignants réclament à grand cris, eux qui sont au front face à l’épidémie et qui font fasse à une pénurie de matériels pour faire face à la pandémie.

C’est pourquoi, ce 26 mars, plus d’une vingtaine de syndicats combatifs de l’aéronautique, d’entreprises donneurs d’ordres et sous-traitants, se sont réunis et ont réaffirmés leur volonté de lutter pour la fermeture des usines pendant la période de confinement. Entre autres revendications, ces syndicats réclament le paiement à 100% des salaires durant le confinement pour les salariés non éligibles au télétravail, à la garde d’enfant ou souffrant d’affection de longues durées. Les syndicats exigent également que l’ensemble des masques réquisitionnés par Airbus et les entreprises sous-traitantes de l’aéronautique soit remis d’urgence aux personnels soignants.

A l’instar des mobilisations actuelles dans le secteur industriel en Italie, le secteur aéronautique commence à relever la tête en France, après avoir été absent de toutes les grandes mobilisation depuis 1968. La faute à une politique patronale ultra-violente, et l’émergence de syndicats pro-patronaux qui ont accompagnés l’offensive. Mais face au Coronavirus et au mépris patronal, que le PDG de Derichebourg a parfaitement illustré en expliquant à ses salariés qu’il va « falloir choisir entre mourir de faim ou du virus », l’unité est de mise à la base ! Comme l’explique notre camarade Gaëtan Gracia, militant à Révolution Permanente, au NPA et délégué syndicat CGT aux Ateliers de la Haute Garonne, « on veut surtout faire comprendre que cette fois on va agir dans l’unité, on sera là pour défendre toutes les boites même les petites boites où les patrons pensent avoir le rapport de force et être les rois dans la boite, on va pas les laisser tomber ! »




Mots-clés

Coronavirus   /    Sous-traitance   /    Airbus   /    Aéronautique   /    Toulouse   /    Notre classe