^

Notre classe

Généralisons la grève

Poissy : une action des grévistes de le RATP et de la SNCF en direction des travailleurs du privé 

Ce mercredi 8 janvier à 11h30, environ 150 grévistes de la RATP, SNCF, enseignants, étudiants et soutiens se sont réunis aux portes de l’usine PSA Poissy dans une action symbolique visant à inviter les travailleurs du privé à rejoindre la grève.

mercredi 8 janvier

Après avoir mené des actions sur leurs piquets, notamment à Malakoff et Flandres (dans le cadre des piquets tournants), certains grévistes de la RATP et de la SNCF, des profs, étudiants et autres soutiens, se sont rendus à l’usine PSA à Poissy. Ils se sont postés devant les portes d’entrée et de sortie, par où les travailleurs passaient, pour leur distribuer des tracts, chanter, et discuter avec eux pour leur demander de se mettre en grève. 

Les grévistes ont également pris la parole pour expliquer leur combat et le sens de cette action. Notamment, un gréviste de la ligne 3, qui expliquait : « C’est tous ensemble qu’on va gagner, on peut pas porter la bataille qu’à deux sociétés ! Il faut une grève généralisée dans toutes les boîtes sinon ils vont nous faire très mal et il y a une seule manière de gagner : le rapport de force ! » 

Christopher, gréviste au dépôt de Saint Maure, insiste depuis le 5 décembre pour dire qu’il se bat « pour l’intérêt de tous » et « pour les futures générations », parce que « les acquis sociaux sont pour tout le monde : du privé comme du public ! »

Quant à Farid Borsali, travailleur à Poissy et militant CGT raconte : « On a distribué des tracts en commun avec les cheminots pour sensibiliser les ouvriers de Poissy. Dans l’automobile, on va pas pouvoir rester travailler jusqu’à 64 ans sur les chaînes de montage, pour nous c’est pas possible ! ». Pour lui la « solidarité » et la « jonction public/privé sont déterminantes » pour gagner. 

Au-delà de PSA : généraliser la grève au privé !

Après 35 jours de grève, les secteurs les plus avancés du combat, ont besoin que la lutte se généralise au reste du monde du travail. Après un appel à la trêve de Noël qui n’a pas eu l’écho escompté et pour empêcher une reprise massive du mouvement, le gouvernement accélère son calendrier pour isoler les cheminots et la RATP, aux avant-postes de la lutte, et mettre la pression pour une négociation secteur par secteur. 

C’est en ce sens que cette action a été organisée par les grévistes de la coordination RATP/SNCF, visant l’une des plus grosses concentrations ouvrières de la région, qui génère des profits pharamineux et qui en parallèle enchaîne les plans de restructuration dont le dernier a mis à la porte 600 travailleurs.

Le 9 janvier : possible tournant pour le mouvement ? 

A la veille d’une journée de mobilisation décisive et qui peut être un tournant pour une possible victoire du mouvement, comme le scandaient les grévistes, le message envoyé est clair : « Public, privé, même combat ». Contre le discours médiatique qui viserait à faire croire à une grève corporatiste et de « privilégiés », les grévistes ont voulu réaffirmer leur volonté d’un combat au service de tous les travailleurs et contre une réforme qui les touchera uniformément. 

Alors que les directions syndicales se sont fixées sur la date commune du 9 janvier et que les secteurs centraux de la grève ont affirmé leur détermination en refusant la « trêve de Noël » avec d’importantes actions, il est encore possible de gagner ! Il est plus qu’urgent que tous les secteurs rejoignent le mouvement pour contrer un gouvernement sourd à la colère sociale exprimée depuis deux ans, avec les gilets jaunes et aujourd’hui autour d’une grève de tous les records, et cette ultime contre réforme qui signifie pour tous une vie entière faite de précarité ! 




Mots-clés

Coordination RATP-SNCF   /    Mouvement des retraites 2019-2020   /    Grève décembre 2019   /    Réforme des retraites   /    Grève   /    Grève générale   /    RATP   /    SNCF   /    PSA   /    Notre classe