^

Politique

2 milliards pour la santé sur 45 milliards d'aides !

Pour Darmanin « la meilleure prime aux soignants c’est de respecter les gestes sanitaires »

Interrogé sur BFM TV, Darmanin a répondu de façon honteuse sur la question d'une éventuelle prime aux soignants. Alors les personnels de santé attendaient des actes - des moyens humains, techniques, financiers - le gouvernement continue de ne proposer qu'une réponse minimale à une situation grave, produit de décennies de casse de l'hôpital public, au moment même où les soignants luttent de toutes leurs forces contre l'épidémie.

mercredi 18 mars

En situation de crise sanitaire, les personnels sont donc contraints de faire avec tous les manques dénoncés depuis longtemps. La réponse du gouvernement se tient au point de jonction entre le foutage de gueule et le cynisme ordinaire de la classe bourgeoise : sur 45 milliards d’aides destinés à sauver l’économie, Darmanin annonce qu’une ligne comptable de 2 milliards sera réservée à l’hôpital et que les heures supp seront "évidemment payées". Merci, bonsoir.

Quant à l’éventualité d’une prime, on la paiera par la reconnaissance et non par des mesures économiques : le même Darmanin, qui représente sans doute l’avant-garde de la bêtise et n’hésite pas à nous en faire leçon, interrogé sur BFM TV sur une éventuelle prime pour les soignants, indique sans rire que « la meilleure prime qu’on peut donner aux soignants, c’est de respecter les gestes sanitaires ». En revanche, grand prince, Darmanin affirme de façon « extrêmement ferme » « chaque heure supplémentaire travaillée pendant cette période de crise sera payée. » Lavez-vous les mains et restez confinés, voilà qui devrait suffire aux personnels des hôpitaux. C’est la partie foutage de gueule, ou l’insulte de plus adressée à ceux et celles qui travaillent sans relâche depuis trois semaines.

Si cette crise doit nous enseigner une chose, c’est que les critères de la bourgeoisie ne sont décidément pas les bons quand il s’agit de savoir ce qui doit s’arrêter et ce qui doit continuer, et à qui donner des aides massives. Autrement dit, alors que les infrastructures de la société bourgeoise sont en train de finir leur existence souterraine et se rendent lisibles aux yeux de tous, il s’agit désormais que la société reprenne son pouvoir de décider des secteurs qui lui sont indispensables.

Où sont passés les milliardaires qui faisaient des chèques à donner le vertige il y a quelques mois pour la cathédrale Notre-Dame ? D’où viennent les 117 milliards de dollars de la fortune personnelle de Bernard Arnault ? A-t-on des milliardaires qui cueillent leur fortune dans des arbres prolifiques ou ces grandes fortunes privées se sont-elles constituées sur la sueur et l’exploitation du travail de toute la société ? La réponse et évidente et la conclusion, logique : ces fortunes sont nôtres et il est temps d’exiger qu’elles nous servent. Le voilà, le cynisme ordinaire de la classe bourgeoise, certaine de son bon droit à pratiquer la déprédation et à laisser mourir les travailleurs et les travailleuses. Il est temps d’opposer nos besoins et nos secteurs indispensables à ces crapules qui gouvernent le regard rivé sur la richesse et en fonction des critères du profit.




Mots-clés

Coronavirus   /    Gérald Darmanin   /    Santé   /    secteur santé   /    Politique