^

Politique

Covid 19

Pour Djebarri, les transports en communs bondés "ne sont pas un lieu de contamination particulier"

Ces derniers temps, de nombreuses photos et témoignages ont montré des métros, RER ou bus complètement bondés. Alors que la pandémie entre dans une nouvelle vague, ces images sont une nouvelle démonstration d'un gouvernement qui n'hésite pas à mettre usagers et agents en danger face au risque de contamination.

jeudi 8 octobre

Depuis plusieurs semaines, nous avons vu fleurir sur les réseaux sociaux de nombreuses photos et vidéos montrant des passagers dans de rames de métro, de tramways, de bus ou de rer. Alors même que le gouvernement ne cesse d’appeler au respect des gestes barrières, de nombreux usagers et ce particulièrement dans les quartiers populaires se retrouvent contraints à faire leur trajet dans des conditions qui les expose dangereusement à la contagion.

 
Pourtant après la diffusion de ces multiples clichés montrant des quais de métro et de rer particulièrement bondés, le ministre des transports Jean-Baptiste Djebarri affirmait Mardi sur les antennes de RMC, qu’« un protocole sanitaire extrêmement strict avait été mis en place, et il est solide ». Il ajoutait alors « les transports en communs ne sont pas un lieu de contamination particulier ».
 
Dans le même temps le gouvernement sort de son chapeau le chiffre que les transports ne représenterait qu’1,2% des foyers épidémiques, alors même qu’il ne dispose pas des capacités de savoir si la contamination a eu lieu dans les transports ou non et qu’évidemment le risque dans un endroit confiné et dans une extrême promiscuité semble pourtant évident.
 
Face à une situation de deuxième vague qui devient inéluctable, le gouvernement a décidé d’axer sa communication sur la responsabilité individuelle. Vidal affirmait par exemple face aux clusters dans les universités : « Ces contaminations sont majoritairement liées à des rassemblements privés (soirée étudiante, privatisation de bars…) associés à un relâchement des consignes sanitaires notamment des gestes barrières. J’en appelle à l’engagement collectif et à la responsabilité individuelle des étudiants » , de la même façon Djebarri mettait le poids de la seconde vague sur l’irresponsabilité individuelle « Les lieux de contamination les plus importants sont les lieux clos où les gens ne portent pas le masque »
 
Alors que le gouvernement ferme les bars et les salles de transport au nom de la Covid 19, le double discours dans les transports en communs montre au grand jour son incompétence absolue. Si une partie des transports est évidemment indispensable à la population pour se soigner ou se nourrir, une importante partie conduit les travailleurs au boulot. Face aux photos de transports surchargés la position du gouvernement est claire, sécuriser les profits au mépris de la santé des travailleurs. De la même manière que pendant le confinement où les milliards étaient distribués par centaines aux grandes entreprises pendant que de nombreux travailleurs et une frange de la jeunesse se retrouvaient sans le sou et dans la précarité, la gestion catastrophique des transports montre une nouvelle fois que le gouvernement est prêt à tout pour préserver les profits des grands capitalistes, n’hésitant pas à mettre pour cela en danger agents et usagers.




Mots-clés

Covid-19   /    Epidémie   /    Coronavirus   /    Politique