^

Politique

Gilets Jaunes

Pour Griveaux, les Gilets jaunes soutenus par la majorité de la population seraient des « agitateurs »

Si le gouvernement cherche, par la voix de sa porte-parole, à discréditer le mouvement des Gilets Jaunes, les faits sont têtus : c’est 55% de la population qui souhaite le voir continuer.

vendredi 4 janvier

Des « agitateurs » : la formule n’est pas nouvelle, c’est déjà celle qu’employait Macron pour discréditer la lutte des étudiants au printemps 2018 contre la sélection à l’université. L’idée : faire croire que le mouvement ne serait que animé que par une poignée de militants minoritaires dans la population. Pourtant, les différents sondages montrent le contraire. Loin de s’essouffler, après un recul, les derniers sondages montrent même un soutien très important : 55% qui souhaitent le voir continuer soit plus que fin décembre. A l’inverse, ils ne sont plus que 25% à soutenir la politique du gouvernement.

Depuis ces annonces, le mouvement pour ceux qui restent encore mobilisés, est devenu le fait d’agitateurs qui veulent l’insurrection et au fond renverser le gouvernement. C’est désormais dans un combat politique qu’ils sont engagés pour contester la légitimité du gouvernement et du président de la République.

Benjamin Griveaux, le 4 janvier 2019

Là où en revanche, le porte-parole du gouvernement n’a pas tort, c’est que le mouvement va bien plus loin qu’une somme de revendications partielles. C’est l’ensemble de la politique de ce gouvernement au service des plus riches et du grand patronat qui est incriminée. Et face au mépris que celui-ci affiche et sa détermination à continuer les réformes malgré la colère populaire. « Macron démission » est certes ainsi devenu l’un des slogans phares du mouvement, mais ceci est loin d’être une nouveauté, n’en déplaise à Griveaux.

Le constat est clair : la majorité est désormais dans la contestation, et il va être difficile pour le gouvernement de faire croire le contraire. Depuis plusieurs semaines, celui-ci tente à tout prix de faire taire le mouvement avec ses méthodes autoritaires. Mutilations dans les manifestations, nombre d’interpellations record, amendes pour ceux qui occupent les ronds-points : l’arsenal répressif est bien déployé. Il est en ce sens bien aidé par les médias dominants qui proclament la fin du mouvement à chaque baisse du nombre de manifestants, en se basant sur les chiffres… de la préfecture.

Mais leurs efforts conjugués n’ont pas réussi à entamer la détermination des Gilets Jaunes. Ceux-ci seront présents à nouveau le samedi 5 janvier dans les rues pour l’acte VIII de la mobilisation.

Crédit photo : Ludovic MARIN / AFP




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Benjamin Griveaux   /    Politique