^

Politique

« Libérez nos camarades »

Pour Jean Segura, à 15h, devant le commissariat du 10ème

Hier, dans la manifestation parisienne, alors que les forces de répression agissant sur ordre du ministère et de la Préfecture montraient qu’un palier était franchi dans le matraquage des grévistes et manifestants, plusieurs journalistes ont été interpellés. Parmi eux, Jean Segura, toujours en détention.

vendredi 10 janvier

[Créd. photo : Eric Auger]

Habitué des manifs, suivant le mouvement social depuis des années, de tous les rendez-vous militants, internationalistes et contre les violences policières, Jean Segura s’est fait arrêter dans la manifestation parisienne, jeudi, alors qu’il photographiait une charge policière. Photo-reporter du collectif « la Meute », animateur de Reporter En Colère (REC), il est plus que probable qu’il ait été visé par la police, alors qu’il faisait son travail.

En fracassant les grévistes sur les piquets, en ciblant les journalistes dans les manifestations, en matraquant les syndicalistes dans les cortèges, la police orchestre, sur le terrain, la stratégie de la tension que conduit le gouvernement. Plusieurs rassemblements sont organisés, ce vendredi, pour exiger la libération des manifestant.es interpellé.es hier au cours de la mobilisation. Celui pour Jean Segura aura lieu à 15h, devant le commissariat du Xème, au 14 rue de Nancy (changement de lieu par rapport à celui annoncé plus tôt ce matin).




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    Police   /    journalisme   /    Réforme des retraites   /    Grève   /    Violences policières   /    Politique