^

Notre classe

Solidarité avec les grévistes

Pour soutenir les cheminots toulousains, participez aux caisses de grève !

Depuis le 5 décembre, les cheminots toulousains sont en grève reconductible. Pour tenir, ils ont besoin de tout notre soutien, moral mais aussi matériel !

jeudi 2 janvier

Les cheminots toulousains au départ de la gare Matabiau avant la manifestation du 5 décembre / Crédit photo : Révolution Permanente Toulouse

25 jours après le début du conflit, les cheminots toulousains, réunis en assemblées générales, ont à nouveau reconduit la grève, à une immense majorité. La détermination des grévistes, après près d’un mois de grève reconductible, a de quoi forcer l’admiration et constitue un élément déterminant du rapport de force contre le gouvernement.

A Toulouse comme ailleurs, les cheminots n’ont pas cédé au chantage de la trêve qu’a voulu imposer Macron. Un rassemblement interprofessionnel s’est tenu devant la gare Matabiau ce samedi 28 décembre, où près de 150 personnes de différents secteurs en lutte étaient présentes. Ce 30 décembre, des cheminots grévistes ont également participé à une action interprofessionnelle originale, se rendant au CHU de Purpan pour faire un don du sang. Des exemples qui témoignent de la volonté des cheminots de ne rien lâcher, jusqu’au retrait pur et simple de la réforme.

L’argent, nerf de la grève

Dans un conflit aussi long – qui a d’ores et déjà dépassé en temps la grève de 1995 – la direction de la SNCF, tout comme le gouvernement qui joue la carte du pourrissement du conflit, compte utiliser à plein régime l’arme que constitue la question financière. A Toulouse, les cheminots sont, avec les enseignants, en première ligne du conflit contre la réforme des retraites voulue par le gouvernement. C’est pourquoi les syndicats CGT Cheminots et Sud Rail Midi-Pyrénées ont mis en place des caisses de grève, pour aider les grévistes à tenir dans la bataille. Preuve de la solidarité effective de la population au conflit, ces deux caisses cumulent, en quelques jours, plus de 11 000€ de dons.

Mais alors que certains cheminots mobilisés depuis le 5 décembre commencent à voir les premières retenues sur salaire sur leurs fiches de paye, et que le nombre de grévistes est très élevé – condition pour faire plier Macron et son monde – la somme récoltée est encore loin d’être suffisante.

Il est nécessaire d’amplifier la solidarité, pour que l’ensemble des cheminots grévistes, syndiqués ou non, puissent bénéficier de cette aide financière indispensable pour poursuivre le combat et se donner les moyens de le mener jusqu’à la victoire. C’est dans cette même logique que les grévistes de l’éducation nationale – de la maternelle au lycée – ont également lancé une caisse de grève commune et interdegrés.

A ce titre il est regrettable qu’il n’existe pas de caisse de grève unique, sur ce même modèle, pour les travailleurs de la SNCF, ce qui permettrait sans doute de récolter plus d’argent en unissant les forces, mais aussi et surtout de redistribuer l’argent récolté à l’ensemble des cheminots, de tous syndicats confondus et qu’ils soient ou non syndiqués, et afficher une unité totale face à Macron. Unité qui s’exprime par ailleurs dans les cortèges commun au départ de la gare Matabiau et dans les actions par exemple. Parce que l’unité et la solidarité font notre force, nous appelons l’ensemble de nos lecteurs à participer à ces caisses de grèves et à les partager massivement !




Mots-clés

Caisse de grève   /    Mouvement des retraites 2019-2020   /    Réforme des retraites   /    Grève   /    Toulouse   /    SNCF   /    Notre classe