^

Du Pain et des Roses

Grève générale pour les droits des femmes

Pour un 8 mars internationaliste de lutte !

Cette année, la journée internationale des droits des femmes a tout pour prendre une dimension politique importante et renouer avec le meilleur de la tradition féministe : tandis que les mois qui viennent de s'écouler ont été rythmés par le retour des revendications féministes sur le devant de la scène, une grève générale des femmes a été appelée pour le 8 mars aux États-Unis, en France et dans d'autres pays. A. Bronstein

jeudi 16 février 2017

L’instauration d’une journée de lutte pour l’émancipation des femmes est à l’initiative des Femmes Socialistes de la IIème Internationale, qui composaient son aile gauche. Cette année, il s’agira également du centenaire de cette « journée de la femme » où les travailleuses du textile de Saint-Pétersbourg sont sorties dans la rue, bientôt suivie de millions d’autres travailleuses et de travailleurs, allumant la mèche de la Révolution Russe de Février, qui allait changer le cours de l’histoire mondiale. Les victoires obtenues par les femmes et LGBTI en Russie dans les premières années qui suivirent 1917 - en légalisant le divorce et l’avortement rendu gratuit, en luttant sans relâche contre l’asservissement des femmes au sein de la famille traditionnelle, en dépénalisant l’homosexualité et en permettant le changement de sexe sur les passeports… - furent exemplaires pour toutes les femmes et les minorités de genre opprimées à travers le monde et qui luttaient et luttent encore pour leur émancipation.

Car si ces mesures ont été les plus progressistes qui soient en matière de droits des femmes (et ce jusqu’à l’accession de Staline au pouvoir et la réaction qui s’en est suivie), cent ans plus tard, il y a toujours autant de raisons de lutter contre l’exploitation des classes dominantes et les oppressions du système patriarcal. A titre d’exemple, 50% des femmes travailleuses sont précaires et elles représentent 70% de la population mondiale la plus pauvre ; aussi, chaque jour dans le monde, on recense environ un millier de viols... déclarés (ce qui porte le nombre réel à un taux au moins dix fois supérieur).

Cette année, la question des droits des femmes est également revenu sur le devant de la scène. En Pologne notamment, où l’accès à l’IVG a été attaqué et où la mobilisation des femmes a connu un soutien international, mais aussi dans les sphères de la politique institutionnelle, à échelle mondiale, où les politiciens réactionnaires ont particulièrement été sous les feux des projecteurs. À commencer par l’accession du misogyne Donald Trump au pouvoir, bien sûr, mais aussi au sein de l’hexagone où François Fillon, pour ne citer que lui, est un sexiste notoire, allié de la Manif pour tous et autres courants réactionnaires. Mais la riposte ne s’est pas faite attendre, et elles étaient des milliers à participer à la Women’s March au lendemain de l’investiture de Trump, partout dans le monde.

C’est dans ce contexte très polarisé qu’a émergé un appel à la grève mondiale des femmes pour le 8 mars. Particulièrement repris aux États-Unis, notamment par les organisatrices de la Women’s March, pour qui il s’agit de faire de la journée des droits des femmes… une journée sans femmes. La grève des femmes à échelle internationale – repris nationalement par des syndicats tels que la CGT et Solidaires – est un moyen de faire prendre conscience au monde entier du rôle central joué par les femmes dans la production, d’amener la lutte féministe sur le terrain économique, en rappelant que le patriarcat est intimement lié au système capitaliste. Mais il s’agit également pour les travailleurs du monde entier de se joindre au mouvement de grève et de lutte pour les droits des femmes, et de porter, aux côtés des travailleuses, les revendications de ces dernières ! Il s’agit de renouer avec le meilleur de la tradition de lutte contre l’exploitation et les oppressions. Et si la lutte féministe est un combat quotidien, le 8 mars est également un moyen de révéler notre force dans l’unité, en frappant toutes ensemble au même moment !




Mots-clés

Grève   /    LGBTQI   /    Violences faites aux femmes   /    Grève générale   /    Droits des femmes   /    Du Pain et des Roses