^

Notre classe

Jusqu'au retrait !

Pourquoi nous, agents RATP, continuerons à faire grève

Le discours d'Édouard Philippe a eu le mérite d'agréger toutes les colères sociales et de mieux comprendre l'escroquerie intellectuelle et financière monumentale qu'il essaie tant bien que mal de réaliser.

jeudi 12 décembre 2019

Photo : O Phil des Contrastes

Les éléments de langage sont minutieusement choisis pour faire oublier qu’il va être question de travailler plus...beaucoup plus longtemps. Et pour des pensions rabotées.

C’est pourquoi, nous machinistes RATP, nous continuerons notre grève jusqu’au bout avec force et détermination. À défaut d’avoir cherché la concorde à travers son allocution d’hier, le Premier Ministre a plus que jamais soudé les machinistes de tous les départements (bus, métro et RER). Ces derniers ont bien compris la volonté pleinement affichée de l’homme fort de Matignon de casser notre système de retraite par répartition pour nous emmener à marche forcée vers un système de retraite par capitalisation.
Edouard Philippe disait déjà hier qu’il n’y aura pas d’annonces magiques. De la même façon il n’y aura alors pas d’arrêt magique de notre mobilisation qui est à l’avant garde d’une bataille majeure pour la préservation de notre modèle social. Un modèle social qui est attaqué de toutes parts.

Sécurité sociale, assurance-chômage, droit du travail. Là où le gouvernement passe, il ne reste rien sinon un vaste champ de ruine. Ce que nos pairs ont mis des siècles à bâtir, ce gouvernement le piétine jusqu’à le rendre exsangue. Pour toutes ces raisons, nous continuerons la grève pour nous, mais aussi pour tous ceux qui ne peuvent pas la faire parce qu’il est de notre devoir de nous défendre, de VOUS défendre contre autant de régressions sociales en un temps record. Mais aussi parce que si nous ne nous érigons pas contre cette logique individualiste du tout profit, nous le regretterons amèrement un jour.

L’opinion publique, contrairement aux sondages sciemment trafiqués, tronqués et truqués - chacun le sait- est avec les machinistes de la RATP qui sont le fer de lance du progrès social pour TOUS. Nous nous battons pour tout le pays et pour les générations futures car nous avons pleinement conscience du rôle clé qui nous est conféré dans une économie où le transport est la locomotive. Personne ne peut accepter l’idée de partir en retraite à 64 ans au prétexte que nous vivrions plus longtemps. La conduite comme tant d’autres métiers (enseignant, aide-soignant, pompier et bien d’autres) requièrent une vigilance, un physique et des capacités à toute épreuve. La place d’un homme et d’une femme n’est plus au travail à l’âge de 60 ans mais à profiter d’un repos bien mérité après une longue et souvent âpre carrière.

C’est n’est donc pas simplement la retraite que nous défendons mais plus largement un modèle de société que nous voulons sauvegarder. Nous avons déjà perdu plusieurs batailles mais nous en avons aussi remporté beaucoup et cette bataille est la mère de toute les batailles car un pays qui dénigre ses anciens est un pays dont la conscience morale et sociale se perdent dans les méandres de la cupidité et du chacun pour soi. Nous ne voulons pas d’une société de "l’argent roi" et c’est pourtant bien la société vers laquelle nous emmène ce gouvernement.
Le premier gestionnaire d’actifs au monde BlackRock se frotte déjà les mains en pensant récolter une manne financière gigantesque. En baissant les retraites, Emmanuel Macron nous jette dans les bras de rapaces financiers qui seront la seule alternative possible de nous offrir un complément de retraite...pour ceux qui le peuvent.

Le Haut-Commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye aurait oublié de signaler ses liens avec le monde de l’assurance dans sa déclaration d’intérêt. Quel dommage ! Cela nous aurait permis de comprendre dès le départ pourquoi il était si favorable à une réforme des retraites qui va permettre l’entrée d’institutions financières sur le marché du troisième âge car c’est bien ainsi que sont vus désormais les retraités. Rien de plus qu’une opportunité économique de réaliser des profits ostensiblement scandaleux comme cela est déjà le cas dans les Ehpad où les retraités en situation de dépendance finissent leurs jours dans des conditions atroces car sans nourriture, sans douches et sans assistance et tout cela dans le but de faire des économies sur tout et donc d’augmenter toujours plus les dividendes des actionnaires des fonds de pensions américains qui se gavent sans aucun scrupule avec la souffrance de nos anciens.

C’est cette société que nous, machinistes RATP, rejetons en bloc car elle est à l’opposé de notre histoire et de nos valeurs. Ces mêmes valeurs qui doivent nous servir de socle pour imaginer un nouveau projet commun où se mèlent progressisme, humanisme et solidarité pour tous.




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    Réforme des retraites   /    Grève   /    RATP   /    Notre classe