^

Politique

Macron démission

Président détesté. Macron visé par des jets de tomates au marché de Cergy

Ce matin, le président le plus mal élu de la Ve République entamait la première sortie de son second quinquennat avec la visite du marché de Saint-Christophe à Cergy. Hué par la foule et ciblé par des jets de tomates, la visite de Macron a dû être interrompue. Une démonstration de plus de la colère présente dans la population, et en particulier dans les quartiers populaires, après cinq ans d'offensives sociales, économiques et racistes continues.

mercredi 27 avril

Le premier déplacement du président réélu ne s’est pas passé comme ce dernier l’aurait espéré. Après s’être fait interpeller à Saint-Denis par des habitants lors de sa visite pour se la jouer proche des quartiers populaires, le président a décidé de renouveler la tentative en se rendant au marché de Cergy. Mais un comité d’accueil particulier lui avait été réservé : des jets de tomates et des cris de colère attendaient le président. Interrompue par sa sécurité, la visite de Macron a repris quelques instants plus tard, comme si de rien n’était.

Ce n’est pas la première fois que le président est chahuté lors de visites officielles. On se rappelle du salon de l’agriculture où il avait reçu un œuf ou encore de son déplacement dans la Drôme où Macron avait été giflé. La récurrence de ces perturbations dénote une colère généralisée contre le président des riches.

Et pour cause, le bilan du quinquennat Macron a été celui d’une politique ultralibérale, d’une offensive islamophobe et sécuritaire couronné d’un mépris évident pour les travailleurs et les quartiers populaires. Et le président ne compte pas s’arrêter là, son nouveau quinquennat est l’occasion de continuer son projet de guerre sociale : entre le projet de conditionner le RSA à 15-20 heures de travail par semaine, la sortie de Bruno Le Maire lundi sur France Info, par rapport à la réforme des retraites, qui : « n’exclut pas d’utiliser le 49.3 », ou encore le souhait de Macron de mettre en place une nouvelle police pour réprimer les quartiers populaires, le prochain quinquennat nous promet attaques antisociales et répression.

Le projet de guerre sociale de Macron est évident et les événements de ce matin montrent qu’il ne va pas sans attiser la colère dans toute une partie de la population. Face au président le plus mal élu de la Ve République, organisons la riposte dans la rue !



Mots-clés

Macronisme   /    Emmanuel Macron   /    Politique