^

Politique

Après le confinement répressif...

Déconfinement policier. 135€ d’amende pour non-port du masque dans les transports

Un projet de loi présenté samedi en conseil des ministres prévoit notamment le port obligatoire du masque dans les transports en commun. Et pour le faire respecter, plutôt que fournir des masques gratuits, le gouvernement prévoit des amendes de 135€. Vous avez dit déconfinement autoritaire ?

vendredi 1er mai

Crédits photo : AFP

Le projet de loi concernant le déconfinement le 11 mai, qui s’inscrit dans le cadre de l’urgence sanitaire, sera présenté samedi au conseil des ministres . [Selon un article des Echos https://www.lesechos.fr/politique-societe/gouvernement/quarantaine-isolement-amendes-dans-les-transports-recueil-de-donnees-medicales-ce-qui-sera-possible-de-faire-pendant-le-deconfinement-1199628], celui-ci comporte le prolongement de l’état d’urgence sanitaire pendant 2 mois à compter du 24 mai, mais aussi plusieurs « conséquences législatives », concernant notamment les transports en commun.

Effectivement, le secrétaire d’État aux transports Jean-Baptiste Djebbari est revenu, dans une interview accordée au Parisien, sur les sanctions mises en place dans les transports à partir du 11 mai vis-à-vis du port obligatoire du masque.

Le projet de loi comporte en effet l’obligation du port du masque grand public dans les gares et les transports en commun à partir du 11 mai, et pour imposer cette obligation, le gouvernement compte bien user de moyens répressifs : « les forces de l’ordre et les services spécialisés de la SNCF et de la RATP que sont la Suge et le GPSR (…) auront la capacité légale de procéder à des contrôles et le cas échéant de mettre des amendes ». Les usagers pourront donc être refusés dans les transports et les gares s’ils ne portent pas de masques, et s’ils y entrent, pourraient s’exposer à une amende, dont le montant n’est pas fixé, mais qui pourrait avoisiner les 135 euros.

Ce projet de loi s’inscrit dans la continuité du confinement autoritaire et répressif, qui banalise la répression policière et les amendes pour faire respecter les règles sanitaires du gouvernement. Des règles sanitaires qui peuvent d’ailleurs apparaître comme contradictoires, surtout face aux déclarations des différents membres du gouvernement sur l’inutilité du port du masque, comme Sibeth Ndiaye qui déclarait le 25 mars qu’ « il n’y a pas besoin d’un masque quand on respecte la distance de protection vis-à-vis des autres ».

Alors que les mensonges du gouvernement à propos de la pénurie de masques ont été exposés au grand jour, démontant leur position sur le sujet, il cherche désormais à imposer le port du masque par la force. En plus de ça, cette mesure ne s’accompagne pas d’une distribution gratuite de masques, bien au contraire. Ces derniers jours, le prix des masques en tissu a flambé, comme l’explique Flore, militante à Révolution Permanente, faisant que les premières victimes de cette répression seront les plus précaires. Tandis que les masques chirurgicaux à usage unique pourront coûter jusqu’à 0,95€, soit jusqu’à 200€ par famille chaque mois. Les amendes puniront donc en priorité ceux qui n’ont pas les moyens de s’en payer, soit les plus précaires, à l’image de la gestion de la crise par le gouvernement depuis le début de la pandémie.

Et concernant les transports, ce n’est pas l’obligation du port du masque qui ralentira la propagation de l’épidémie. A la RATP, qui doit repasser à 70 % de son offre avec le déconfinement, les rames sont déjà bondées, et les gestes barrières ne peuvent pas être respectés. Le déconfinement le 11 mai est, pour les agents comme pour les usagers, synonyme de reprise de l’activité économique et donc des risques de contamination.

Le port du masque, les travailleurs l’exigent depuis le début de l’épidémie, mais ce n’est pas à l’État de nous l’imposer à coups de dispositifs répressifs ! Il nous faut exiger la gratuité totale des masques et des tests de dépistage massifs, ainsi que la mise à disposition de l’appareil productif pour leur production à une échelle massive afin de permettre leur production en grandes quantité ! Ne les laissons pas sacrifier nos vies pour leurs profits !




Mots-clés

Déconfinement   /    Masques   /    Covid-19   /    confinement   /    Coronavirus   /    Politique