^

Politique

Sommet de l’ONU

« Qu’ils aillent en Pologne » : Macron n’aime pas les manifestations des jeunes pour le climat

Dans l’avion qui le menait au sommet de l’ONU sur le climat, Macron s’est laissé aller à une nouvelle sortie méprisante. Cette-fois, ce sont les jeunes qui se mobilisent pour le climat qui étaient visés.

lundi 23 septembre

Crédit photo : EPA

« Les dénonciations, on est au courant. Défiler tous les vendredis pour dire que la planète brûle, c’est sympathique, mais ce n’est pas le problème. On doit rentrer dans une forme d’action collective. Je préfère que tous les vendredis on fasse de grandes opérations de ramassage sur les rivières ou les plages corses »

Les propos ont été rapportés par une journaliste du Parisien qui voyageait à bord de l’avion présidentiel en direction du sommet sur le climat de l’ONU. « Qu’ils aillent manifester en Pologne ! Qu’on vienne m’aider à faire bouger ceux que je n’arrive pas à faire évoluer ! » a alors rajouté Macron, en référence au refus de quatre Etats de l’Union Européenne (Pologne, République Tchèque, la Hongrie et l’Estonie) de ratifier l’agenda qui prévoit la neutralité carbone… en 2050 !

L’objectif de Macron, c’est de décrédibiliser la mobilisation des jeunes qui manifestent depuis de nombreux vendredis. Sauf que c’est plutôt lui qui s’est ridiculisé à la tribune du sommet de l’ONU. Dans un discours qui serait presque drôle si le sujet n’était pas aussi dramatique, celui-ci s’est réjoui des soi-disantes avancées que son gouvernement aurait obtenu.

Il a d’abord félicité la Russie pour avoir rejoint l’accord de Paris, dont le deuxième plus gros pollueur s’est retiré (les Etats-Unis) et le premier (la Chine) prévoit que ses émissions de gaz à effet de serre baissent d’ici… 2030. Selon les calculs même de l’ONU, si le scénario des différents pays était respecté (ce qui n’avait pas été du tout le cas avec le protocole de Kyoto par exemple), le réchauffement serait de… 3°C, c’est-à-dire suffisant pour engendrer des catastrophes climatiques de plus en plus nombreuses.

Celui-ci s’est par la suite félicité que la France allait interdire toute nouvelle exploitation d’hydrocarbure et que les centrales à charbon allaient fermer en 2022. Il a cependant oublié de mentionner que la France n’était pas un grand producteur de pétrole (plutôt un pilleur), que le charbon a depuis longtemps été remplacé en grande partie par le nucléaire avec les conséquences que l’on connaît. Il aura également oublié de parler du rôle des grandes entreprises françaises dans la catastrophe actuelle de l’Amazonie, des responsabilités de Total qui ne paye pas un centime d’impôt en France, ou encore la casse du système ferroviaire qu’il a mis en œuvre l’an dernier et qui pousse toujours plus de camions sur les routes.

Une preuve de plus que pour le gouvernement, l’écologie n’est pas davantage qu’une façade marketing… qui lui a servi par exemple pour tenter de salir la cause des Gilets Jaunes, eux qui ne voulait pas à juste titre payer une crise écologique de laquelle ils ne sont pas responsables. Une tentative de communication qui a du plomb dans l’aile, comme l’ont montré les éléments de convergence qu’on a pu voir samedi dernier entre Gilets Jaunes et certains militants de la cause écologiste. Une image qui n’a du plaire à Macron…




Mots-clés

Amazonie   /    Réchauffement climatique   /    Grève mondiale pour le climat   /    Changement climatique   /    Gilets jaunes   /    Manifestation   /    ONU   /    Pologne   /    Ecologie   /    Politique