^

Politique

Médias et manipulations

Quand BFM-TV déroule le tapis rouge à Marine Le Pen

Entre interviews, directs complets, temps d'antennes démesurées et documentaires : BFM TV se met en quatre pour relancer la présidente du Rassemblement National et construire son image de principale opposante à Macron en plein mouvement des gilets jaunes.

mercredi 23 janvier

Crédit image : BFM TV

Depuis l’arrivée surprise de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2002, le traitement médiatique du Front National, maintenant Rassemblement National, a bien changé. Il est désormais loin le temps où inviter un membre du FN sur un plateau était déjà une hérésie en soi. Mais l’eau a coulé sous les ponts et plus récemment. Marine Le Pen a réussi à s’imposer sur les plateaux. Et les médias se font aussi souvent une joie de l’y inviter comme on l’a vu ces derniers jours sur BFM-TV ou LCI.

Car aujourd’hui, le jaune a envahi les ronds points de campagnes comme les plus belles avenues de la Capitale. Malgré les gesticulations de Macron, les miettes données lors de l’allocution, l’organisation du Grand Débat, les grands médias et le gouvernement n’arrive plus à se défaire d’une mobilisation qui reste ancrée dans la rue et qu’ils aimeraient bien voir retourner à la niche des urnes.

Pas de souci. Une solution : faire parler la présidente du Rassemblement National qui n’attend que ça et faire remonter Marine Le Pen sur selle. A voir les temps d’antenne démesurés qui lui sont accordés, c’est devenu l’une des grandes préoccupations dans les grandes rédactions télés. Mais une se démarque et mouille véritablement le maillot pour les yeux bleus des Le Pen : BFMTV !

“Entre Macron et Le Pen, un nouveau face à face se prépare” titrait BFM-TV, trop modeste pour mettre en avant son travail dans cette construction politico-médiatique. Car en pleine crise des gilets jaunes, depuis plusieurs semaines, la “première chaîne d’infos en continue” accumule les coups de projecteurs et autres coups de pouce pour relancer un parti d’extrême droite dont les revendications sont souvent contradictoires avec celles des gilets jaunes, puisque les gilets revendiquent une augmentation du Smic, une plus grande justice fiscale et dénonce les inégalités ( ce qui n’est guerre le cheval de bataille de Le Pen).

Mais BFM ne désespère pas et donne le “top départ” de sa campagne aux Européennes en lui offrant un direct complet du meeting de lancement. Infatigables, ils diffusent dans la foulée un documentaire inédit : "Secrets, pardons et trahisons, le grand document sur la dynastie Le Pen” qui tourne en boucle depuis. Dans lequel ils n’oublient pas de s’attarder sur le potentiel électoral et politique de Marion Maréchal.

La tante ou la nièce, la chaîne verse dans le pragmatisme, toutes les options sont bonnes à prendre si elle peut faire passer les gilets jaunes des ronds-points (et des manifestations) aux scrutins (beaucoup plus gérables par le pouvoir en place).

“A quatre mois des élections européennes, les deux anciens adversaires semblent en bonne position pour se retrouver de nouveau face-à-face. Et cela ne semble pas leur déplaire.” A BFMTV non plus. Sans doutes que Patrick Drahi, actuel président de la chaîne, voit davantage d’un mauvais œil les revendications des gilets jaunes pour l’augmentation des salaires et plus d’égalité que la possibilité que l’extrême-droite passe, une fois de plus, le second tour…




Mots-clés

Marine Le Pen   /    médias   /    Emmanuel Macron   /    Politique