^

Notre classe

Répression

Quatre militants étudiants face à la répression judiciaire : tous au TGI de Nanterre le 29 juin !

Le 7 octobre 2019, quatre militants étudiants à Nanterre étaient empêchés de prendre part à une réunion de CFVU. Accusés par les vigiles en lien avec les tensions générés par cette entrave à leur droit syndical, ils étaient par la suite placés en garde à vue et convoqués au tribunal. Une répression à inscrire dans la longue liste des attaques menées par la Présidence de l’Université de Nanterre, et face à laquelle il faudra une large solidarité en étant présent au TGI de Nanterre à 12h30 le 29 juin pour les soutenir !

jeudi 25 juin

Le 7 octobre 2019, les vigiles de l’Université de Nanterre tentent violemment d’empêcher des militants de l’UNEF et des étudiants sans-facs, dont Victor et Barth, élus étudiants à la CFVU de l’Université de Nanterre, d’assister à une réunion de CFVU qui les concerne au premier chef. Après avoir bousculé les étudiants et militants, les vigiles décident de porter plainte sur des motifs fallacieux d’agression.

Une offensive juridique qui s’inscrit dans une longue liste d’attaques de la part de l’Université de Nanterre pour tenter d’empêcher la mobilisation des étudiants pour la défense de leurs droits. On se rappelle ainsi comment, en 2018, la Présidence avait envoyé les CRS expulser violemment une assemblée générale étudiante, interpellant au passage six militants du mouvement. A l’issue de cette attaque, Roga et Victor, deux étudiants, avaient été condamnés à des peines lourdes, respectivement 6 mois de prison ferme sans mandat de dépôt pour l’un, et 4 mois de prison avec sursis pour l’autre. Une sanction judiciaire insupportable pour laquelle un procès en appel se tiendra dans les mois qui viennent.

Contre cette honteuse répression et cette volonté de criminaliser la lutte, dans un contexte où ces attaques se multiplient à l’image du procès de Kamel Guemari qui s’est tenu hier et a abouti à la condamnation à 4 mois avec sursis du militant marseillais, la solidarité doit être la plus large. D’ores et déjà, de nombreuses organisations ont répondu à l’appel dans un communiqué unitaire signé par de nombreux organisations syndicales et politiques qui affirment avec force leur refus de cette procédure honteuse : « Ces poursuites judiciaires sont inacceptables et Ayoub, Barth, Selim et Victor n’ont rien à faire dans un tribunal. »

Pour montrer notre soutien à Selim, Victor, Ayoub et Berth, militants étudiants au NPA Jeunes, syndicalistes à l’UNEF, soyons nombreux au rassemblement qui se tiendra ce lundi 29 juin à 12h30 devant le Tribunal de Grande Instance de Nanterre pour exiger leur relaxe !

Le communiqué unitaire :




Mots-clés

répression syndicale   /    Université de Nanterre   /    UNEF   /    Répression   /    Notre classe