Avec Bantigny, Bouamama, Deltombe, Kazib et Vergès, ce jeudi, à 21h

Qui a peur des musulman.e.s ?

Corinne Rozenn

Qui a peur des musulman.e.s ?

Corinne Rozenn

« Un problème, les musulman.e.s ? » « Un peu quand même… » En toute franchise et sans grossir le trait, c’est ce que l’on entend, presque en boucle, sur les chaînes de télé en continu, dans les médias et dans la bouche des politiques de tous bords ou presque. Tout ceci ne remonte pas qu’aux attentats et assassinats de ces dernières semaines, en France, perpétrés ou attribués à des « islamistes ».

Dans la très « laïque » République française, celle où le Concordat d’Alsace-Moselle est toujours en vigueur, où l’école privée confessionnelle et sous contrat, catholique dans son écrasante majorité, est largement subventionnée par l’Etat et où le président continue à être le premier chanoine du Latran, il y aurait comme un problème avec l’Islam et les musulman.e.s, voire même avec celles et ceux qui, sans être pratiquants voire croyants, sont assignés à cette identité, de par leur patronyme ou leurs origines. Tout un paradoxe, comme si l’Islam était moins soluble que d’autres religions dans le « vivre ensemble » républicain, comme si les musulman.e.s étaient tout particulièrement récalcitrants aux idées humanistes qui seraient véhiculées par la France et comme si toutes celles et ceux qui n’acceptent pas l’unanimisme dominant autour des thèmes de laïcité (à géométries variables) et d’universalité républicaines ne pouvaient être que des facilitateurs voire des complices du terrorisme.

La ficelle est un peu grosse, mais c’est précisément l’un des ressorts du discours : plus c’est gros, plus ça passe. Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et, également, des cultes, est de ce point de vue tristement représentatif : la laïcité de combat, discriminante et raciste, a désormais droit de cité dans l’assiette des gens. Néanmoins, tout ceci ne remonte pas à hier. Les racines de ce discours, vis-à-vis de l’Islam et qui, dans les faits, désigne voire stigmatise toute une portion de la population, n’est pas nouveau : il se construit au fil de l’histoire coloniale de la France et se consolide au cours de la séquence post-coloniale et impérialiste qui perdure jusqu’à aujourd’hui. Les mécanismes discriminatoires sur lesquels il repose se basent sur tout un appareil idéologique et légal qui perpétue, dans les faits, plusieurs niveaux de citoyenneté ou, plutôt, de citoyenneté et d’indigénat. Ses conséquences, enfin, sont politiques et matérielles et ses objectifs sont ceux de creuser un fossé, que certains voudraient absolu au sein du monde du travail, de la jeunesse et des classes populaires, entre ceux qui seraient « de chez nous » et ceux qui ne le seraient pas, entre ceux en qui on pourrait avoir confiance et ceux dont il faudrait se défier, et ce pour le plus grand profit de la perpétuation du système.

Le spectre de l’Islam est aujourd’hui constamment agité, avec ses corrélats successifs que seraient l’islamophobie, largement tolérée, l’islamogauchisme, accusé de tous les maux, et l’Islam politique, qui en serait le premier responsable. La question centrale qui devrait se poser ne consiste pas seulement à ériger une digue étanche entre notre camp et ces idées nauséabondes, mais bien de construire un rempart contre ce poison et de déconstruire les faux-discours de nos ennemis. Pour le faire, toutes et tous ensemble, afin de contribuer à l’élaboration d’un discours radicalement critique face au rouleau-compresseur actuel et de chercher, ensemble, les armes pour le combattre, RPDimanche a choisi d’organiser une table rond avec plusieurs acteurs et actrices qui sont parties-prenantes du combat actuel contre l’islamophobie, le racisme d’Etat et ses violences.

Nous vous donnons donc rendez-vous le jeudi 19 novembre, à 21h, dans un live-facebook, pour venir débattre en compagnie de Ludivine Bantigny, historienne, Saïd Bouamama, sociologue, Thomas Deltombe, journaliste et essayiste, Anasse Kazib, militant NPA/Révolution Permanente, ainsi que Françoise Vergès, politiste et féministe décoloniale.

VOIR TOUS LES ARTICLES DE CETTE ÉDITION
MOTS-CLÉS

[Islam politique]   /   [Racisme d’État]   /   [Marxisme]   /   [Anti-racisme]   /   [Gérald Darmanin]   /   [colonisation]   /   [Impérialisme]   /   [Islamophobie]   /   [Violences policières]   /   [Débats]

COMMENTAIRES