^

Politique

Réforme des retraites

Qui osera négocier la fin du système de retraites avec le gouvernement ?

Avec sa réforme des retraites, le gouvernement marche sur des œufs et veut déminer toute contestation sociale. Mais plutôt que d'aller discuter avec le gouvernement, il faut organiser un plan de bataille, qui passera par la grève, contre ce recul historique !

samedi 24 août

La tension est palpable dans cette rentrée du gouvernement Macron. Le dossier des retraites est explosif. Les opérations de communication vont bon train. 18 mois de concertation avec les directions syndicales, pour ensuite accoucher d’un rapport qui va détruire les retraites de tous : rallongement à 64 ans ; la fin des 42 régimes spéciaux ; avoir une pension de 1000 euros pour tous si vous avez fait un carrière entière ; une misère si vous êtes précaire ou avez eu un carrière incomplète !

Le gouvernement va avoir besoin de noyer le poisson dans des discussions bilatérales ou des débats publics dans les mairies pour faire passer cette réforme – celle de la retraite pour les morts ! – car ça ne passe pas, et ce dans tous les secteurs de la classe ouvrière.

Le gouvernement et le patronat marchent sur des œufs et veulent déminer toute contestation sociale

Le gouvernement va mettre sur pied tout un arsenal pour être « pédagogique » et expliquer que cette réforme est la meilleure pour tous. En réalité, c’est finir dans un cercueil et mourir d’épuisement dans le bagne salarié. Les propositions faites par les travailleurs ne seront pas prises en compte par l’exécutif. La peur suscitée par les Gilets jaunes hante le gouvernement. Il redoute plus que tout un mouvement qui partirait, sans possibilité de le stopper – puisque les direction syndicales n’ont plus le même poids. Le gilet jaunisme a un bel avenir devant lui.

Le dialogue social, c’est négocier avec son bourreau

La volonté du gouvernement est en effet de « dialoguer » et surtout d’éviter que la classe ouvrière puisse organiser la riposte. Pour cela, le gouvernement utilise les directions syndicales qui vont discuter pour mener à bien le projet d’imposer la réforme avec l’accord des dits « corps intermédiaires », syndicats, maires, patrons, avec les citoyens. Comme si le « peuple » décidait de cette réforme, et non le gouvernement ! Comme si nous avions tous les mêmes intérêts, comme si la bourgeoisie et la classe ouvrière avaient des intérêts communs !

Non, justement, la barrière de classe est bien présente et elle doit prévaloir. Le « dialogue social », c’est accepter qu’il puisse y avoir des intérêts communs avec un gouvernement à la solde du patronat et des plus riches. Dans le cas des retraites, il est criminel de négocier avec nos ennemis.

Les directions syndicales doivent rompre avec le dialogue sur les retraites et organiser la riposte pour gagner contre Macron

Les 5 et 6 septembre, les syndicats seront à nouveau conviés à discuter avec le gouvernement dans les concertations sur la réforme des retraites et sur l’organisation de ces débats qui ne sont que de la poudre aux yeux, une arnaque. Toutes les organisations qui défendent les intérêts de la classe des exploités doivent préparer un plan de lutte avec tous les secteurs du mouvement ouvrier ainsi que tous les opprimés de notre classe. Cela afin qu’ensemble, nous préparions la grève contre le recul historique que constituerait cette réforme, qui vise à nous précariser encore davantage, alors même que les milliards coulent à flots – 515 milliards de dividendes versés par les entreprises mondiales à leurs actionnaires au deuxième trimestre 2019 !

La retraite est la nôtre, on n’y touche pas ! De l’argent il y en a, dans les caisses du patronat !

Crédit image : Mix & Remix




Mots-clés

Réforme des retraites   /    Lutte des classes   /    Manifestation   /    Grève   /    Emmanuel Macron   /    Syndicat   /    Politique