^

Notre classe

Répression patronale

Rabhi El Yamani, ex-salarié de la RATP, se bat pour sa dignité

C'est la gorge nouée et submergée d'émotions que Rabhi El Yamani a pu se rendre compte aujourd'hui qu'il n'était pas seul dans son combat contre la RATP. Entouré de syndicalistes, d'amis et d'anciens collègues, il mène le combat de sa vie plus déterminé que jamais.

mercredi 13 janvier

Licencié "sans cause réelle ni sérieuse" par la RATP selon les termes du Conseil des Prud’hommes, il n’a rien lâché depuis que la RATP a décidé de le révoquer pour un accident de tramway. Un accident que ni la direction de son unité, ni l’encadrement ni même les caméras de la voierie n’ont pu démontrer. Mais c’était sans compter sur la pugnacité de Rabhi et de son avocat maître Houcine Bardi qui a conduit une plaidoirie méthodique, documentée, argumentée ne laissant ainsi place à aucune ambiguïté sur la caractère abusif du licenciement dont se dit victime Rabhi.

Respect scrupuleux des consignes d’exploitation, conduite sécuritaire et commerciale, Rabhi donne l’image d’un agent investi, fier de son métier et particulièrement soucieux du travail bien fait. Confrontés à ces éléments factuels corroborés eux-mêmes par d’excellents entretiens d’appréciation professionnels, la narration du conseil de la RATP dépeignant un agent agressif, à la conduite dangereuse et négligeant les procédures inhérentes à son métier, ont eu la plus grande peine à convaincre.

Mais ce qui a retenu l’attention de la salle d’audience sont les soupçons de discriminations au dépôt de Croix-Nivert soulevés par maître Bardi à l’encontre des salariés venant du dépôt d’Aubervilliers et de la banlieue Nord de Paris car considérés comme des salariés de seconde zone ne disposant pas de la culture professionnelle de l’entreprise. Des accusations graves qui nécessiteraient à tout le moins une véritable enquête pour faire toute la lumière sur ces pratiques, avérées ou non, mais vigoureusement dénoncées lors de cette audience.

Prochain rendez-vous fixé au 24 février prochain et si la Cour d’Appel confirme le jugement du Conseil des Prud’hommes, il résonnera alors comme le verdict de la dignité retrouvée pour Rabhi et un désaveu (de plus) pour la RATP.

Retrouvez le témoignage vidéo de Rabhi El Yamani en exclusivité sur Révolution Permanente




Mots-clés

#BalanceTaRATP   /    RATP   /    #AssezDeViesBroyées   /    Répression   /    Notre classe