^

Politique

Xénophobie

Racisme d’Etat. Expulsion de migrants à Calais au lendemain de la réélection de Macron

Ce lundi 25 avril 2022, au lendemain de la réélection de Macron, la police a violemment expulsé des migrants à Calais. Les politiques xénophobes et racistes restent à l’agenda du gouvernement pour ce prochain quinquennat, et la lutte contre celles-ci est une priorité pour faire reculer l’extrême droite et le racisme d’Etat.

mardi 26 avril

Ce lundi, au lendemain de la réélection de Macron, l’organisation d’observation « Human Rights Observers » visant à documenter pour dénoncer les violences d’État perpétuées contre les personnes en situations d’exil à la frontière Franco-Britanniques, notamment à Calais, a publié sur Twitter une vidéo montrant une opération d’expulsion de migrants par des forces de l’ordres armées de boucliers, de LBD et détruisant des affaires personnelles dont des sacs, tentes, bâches …

Un quinquennat placé sous le signe de la répression des migrants

Alors que le président sortant n’a même pas encore entamé son nouveau mandat, la politique répressive et xénophobe qu’il avait déjà mené ces cinq dernières années continue.
En effet, derrière les démagogies de campagnes du président, qui promettait en 2017 de « ne laisser personnes à la rue », le quinquennat a été marqué de nombreuses opérations de répressions contre les migrants.

Selon « Human Rights Observers », en 2021, seulement pour la ville de Calais, au moins 5794 tentes et bâches ont été saisies, au moins 1226 expulsions de lieux de vie informels ont eu lieu dont au minimum 140 arrestations lors des expulsions. Une politique de harcèlement des migrants et de militarisation des frontières qui a des conséquences dramatiques. On se souvient notamment du naufrage au large des côtes de Calais qui avait coûté la vie de 27 migrants. Depuis le début du quinquennat Macron en 2017, 11 000 personnes ont péri en mer. Le ministre de l’intérieur Gerald Darmanin avait également refusé d’accueillir des migrants bloqués à la frontière polonaise et Bélarus en 2021.
Le nombre de visa octroyé aux maghrébins a également été drastiquement réduit, augmentant le risque de traversés clandestines dangereuses.

Les CRA ont également été un outil important de cette xénophobie d’Etat. Sièges d’une islamophobie et d’un racisme totalement débridés, ils ont par exemple été utilisés lors de la crise sanitaire pour exacerber la répression, la traque et l’enfermement des personnes sans papiers.->https://www.revolutionpermanente.fr/Instrumentalisation-de-la-crise-sanitaire-dans-les-CRA-ou-comment-mieux-reprimer-les-sans-papiers]

La Loi Collomb, passée au début du quinquennat Macron est également venue augmenter le temps d’incarcération des personnes sans papiers, et créer la possibilité de l’enfermement des enfants dans des centres de rétention.

faire reculer Macron, et l’extrême droite avec !

Pendant cette élection, Macron a basé sa stratégie sur un barrage face à l’extrême droite, comme il l’avait fait en 2017. Une hypocrisie totale et grossière au vu de son mandat.

En effets, en plus des politiques xénophobes et criminelles mises en place et entretenues par Macron et son gouvernement, ce quinquennat a été un exemple de politique répressive, raciste et islamophobe entre loi sécurité globale, fermetures de mosquées, entretien de Macron auprès du torchon d’extrême droite Valeurs Actuelles, hommage à Pétain, les nombreuses répressions d’organisations de gauche anti-racistes comme la dissolution du collectif Palestine Vaincra, la chasse au « wokisme » à l’université, et un champ libre laissé à une police et à ses crimes racistes.

Pour lutter contre l’islamophobie et le racisme d’État, le combat n’est pas terminé, et il commence contre Macron et son gouvernement. Mercredi 13 avril, les étudiants de Sorbonne Université ont occupé les locaux pour exprimer le refus du duel Macron/Lepen au second tour des présidentielles et également pour revendiquer l’accueil de tous les étudiants ukrainiens à l’universités sans conditions. C’est dans cet esprit de lutte que ce nouveau quinquennat commence, et c’est dans cet esprit de lutte qu’il va falloir continuer de sa battre contre les politiques racistes et réactionnaires du gouvernement.



Mots-clés

Racisme d’État   /    Macronisme   /    Migrants   /    Élections    /    Racisme   /    Emmanuel Macron   /    Calais   /    Extrême-droite   /    Politique