^

Politique

Quand la bourgeoisie penche pour Le Pen

Raphaël Enthoven préfère voter Marine Le Pen pour faire barrage à… Mélenchon

Le philosophe des plateaux télé, courtisan réputé de la macronie et proche de l’islamophobe Printemps Républicain, a affirmé qu’il préfèrerait voter pour Marine Le Pen en cas de second tour face à Mélenchon. Une preuve de plus que Marine Le Pen est loin de faire peur à la bourgeoisie et qu'elle pourrait représenter une option pour maintenir l'ordre établi.

mardi 8 juin

Photo : Enthoven à la Convention de la droite en 2019 / AFP

Sous ses airs de philosophe médiatique et policé, Enthoven joue une fois de plus le rôle de chien de garde de la bourgeoisie. Et pour assurer ce rôle jusqu’au bout, « l’intellectuel » proche des islamophobes notoires du Printemps Républicain, est désormais prêt à voter pour le parti raciste et réactionnaire qu’est le Rassemblement National pour faire barrage à… la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon. Sur twitter, le philosophe a déroulé un long raisonnement des plus confus dans lequel, au nom de "la défense de la République", il cherche à répondre à la question suivante : que ferait-il, s’il fallait choisir entre le RN et la FI au second tour de la présidentielle ?

Avec toute l’audace d’un authentique bourgeois des beaux quartiers parisiens, le philosophe des plateaux télé avoue ne plus faire la différence entre les deux forces politiques, entre le nationalisme réactionnaire et autoritaire et entre la gauche réformiste de la France Insoumise. Mais pourtant Enthoven se décide finalement et affirme qu’il choisirait… le RN en cas de second tour face à la FI.

De ce long fil twitter, sorte de gloubiboulga philosophique, le chien de garde macronien et sauveteur auto-proclamé de la République voit donc le RN comme un allié possible et suggère "d’étendre le front républicain à la FI". Hors de question, assène en le philosophe sur LCI, de laisser la République aux islamo-gauchistes, aux études décoloniales, aux Gilets jaunes, aux salarié.es grévistes et à la hantise marxiste qui voit dans "l’État bourgeois, c’est-à-dire la République" - comme il l’énonce dans son interview - un régime qui sert uniquement à maintenir la domination bourgeoise. Pour Enthoven, il faut à tout prix défendre l’État bourgeois et dans ce combat réactionnaire et autoritaire, Marine Le Pen fait désormais figure d’alliée.

Avec cette sortie, Enthoven nous fait ici la démonstration que la bourgeoisie est prête à tout pour sauvegarder ses intérêts de classe, et que pour se faire, l’extrême-droite du RN pourrait bien être une option. Une preuve de plus que le RN, loin des apparences « antisystème » que cherche à se donner Marine Le Pen, est bel et bien un parti politique réactionnaire prêt à défendre les intérêts du patronat contre les travailleuses et les travailleurs.

Dans le contexte où le gouvernement n’a cessé de jouer sur le terrain ultra-sécuritaire et raciste de l’extrême-droite, se lançant, dans la foulée de la stigmatisation de la communauté musulmane, dans la chasse aux « islamo-gauchistes », il est clair que le « front républicain » agité de toute part ne signifie plus que la défense des intérêts des classes dominantes. Et que pour se faire ces dernières sont prêtes à renverser les coordonnées du « front républicain » en y intégrant le RN face à un « péril rouge » dont en réalité est éloigné Mélenchon quand on voit les gages de respectabilité que le leader de la FI a déjà pu donner à la bourgeoisie ou aux institutions réactionnaires de la Vème République.




Mots-clés

Présidentielles 2022   /    Marine Le Pen   /    Jean-Luc Mélenchon   /    Extrême-droite   /    Politique