^

Politique

Impunité policière

Rayana, tuée par la police : les policiers libérés sans poursuite

Placés en garde à vue dimanche après-midi, les trois policiers mis en cause dans la mort d’une jeune femme à Paris ce samedi ont été libérés ce mardi. Leur avocat affirme qu’ils ne seront pas poursuivis, nouvelle illustration de l’impunité dont bénéficie la police.

mardi 7 juin

Crédits photo : AFP

Ce mardi, les trois policiers mis en cause dans la mort d’une jeune femme à Paris ce samedi ont été libérés sans poursuite. Les agents avaient été placés en garde à vue dimanche après-midi pour « violences ayant entraîné une interruption totale de travail de plus de 8 jours avec arme par personne dépositaire de l’autorité publique » et « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l’autorité publique ». Les faits se sont déroulés samedi matin dans le 18e arrondissement de Paris, quand une jeune femme et un homme se sont fait tirer dessus par des policiers à vélo qui voulaient contrôler le véhicule dont l’un des passagers ne portait pas sa ceinture de sécurité. Dans la voiture se trouvaient le conducteur, âgé de 38 ans, et trois passagers, dont la jeune femme qui est morte des suites de ses blessures à la tête le lendemain.

Le conducteur, sans permis de conduire, aurait essayé de prendre la fuite et c’est lors de la deuxième tentative de contrôle que les trois policiers présents auraient tiré. En effet, selon les policiers, après s’être arrêtée, la voiture aurait brutalement redémarré, « foncé » sur les agents et c’est à ce moment-là que ces derniers auraient tiré. Pourtant, selon France Info, des témoins expliquent qu’il n’y aurait pas eu de « démarrage en trombe », venant contredire la version des policiers. Or, selon l’avocat des policiers, Laurent-Franck Liénard, ils auraient au total tiré « 8 à 9 cartouches à trois ». L’Inspection Générale de la Police Nationale a alors ouvert une enquête et le parquet a décrété le placement en garde à vue des trois agents « en raison de la gravité des conséquences des tirs réalisés et afin de vérifier les conditions d’usages de leurs armes par les intéressés ».

Mais selon Laurent-Franck Liénard, les trois agents seraient ressortis ce mardi et ne feraient pas l’objet de poursuite pour l’instant. Il explique à l’AFP : « L’enquête va se poursuivre sous une autre forme et ils donneront tous les éléments de réponse afin que la vérité se manifeste pleinement. »

La macronie a beau parler de « changement de méthode » pour son nouveau quinquennat, force est de constater que les violences policières et l’impunité qui les accompagne font toujours système. La gestion catastrophique de la Ligue des Champions, le gazage de voyageurs à Gare de l’Est, la mort de deux hommes entre les mains de la police le soir de la réélection de Macron et aujourd’hui le décès de cette jeune femme montrent que ce nouveau quinquennat s’ouvre comme l’ancien a fini : par la répression.

[Édit à 17h00 : selon France Info le tribunal de Paris a ouvert une information judiciaire a l’encontre des trois policiers quelques heures après leur libération.]



Mots-clés

Police   /    impunité policière   /    Violences policières   /    Politique