^

Politique

Répression

Réforme de la PAC : des paysans en lutte et des élus LFI et EELV violemment réprimés à Paris

Ce jeudi avait lieu un rassemblement de 200 paysans devant la direction générale de Pôle Emploi à Paris. Sur place, était également présents la députée LFI de l’Ariège, Bénédicte Taurine, et le sénateur écologiste du Morbihan, Joël Labbé. Tous ont été violements réprimés par la police.

vendredi 28 mai

Ce jeudi, en fin de matinée, environ 200 paysans de la Confédération paysanne étaient mobilisés devant la direction générale de Pôle Emploi pour dénoncer les orientations de la PAC. Revendiquant une « PAC pour l’emploi », une partie des agriculteurs mobilisés a occupé symboliquement le bâtiment après avoir bloqué la rue avec des barrières et de la paille.

L’occupation a été violemment réprimée. Les forces de répression sont en effet intervenue pour expulser les occupants, les tirant violemment et assenant des coups de bouclier pour entrer. Une fois à l’intérieur, les forces de répression ont expulsé les agriculteurs présents dans le hall qui scandaient « on vous nourris, respectez-nous ». D’autres agriculteurs assis devant le bâtiment ou enchaînés entre eux ont également subi la violente répression.

Après avoir expulsé les manifestants hors du hall de Pôle Emploi. Les forces de répressions ont également porté des coups violents envers la députée LFI de l’Ariège Bénédicte Taurine. Devant les locaux, elle a été bousculée par un policier avant de se retrouver projetée au sol.

Présent sur place, le sénateur EELV Joël Labbé a également été violemment pris à partie par des policiers. Seul devant trois policiers, il s’est fait, également, bousculer par l’un d’entre eux, armé d’un bouclier.

Une répression qui n’est autre que l’illustration et la volonté de faire taire les revendications des agriculteurs, victimes des politiques néo-libérales de ces dernières années, alors que les négociations sont au point mort à l’échelle européenne tandis qu’en France la Confédération Paysanne mais aussi les organisations écolos comme Greenpeace dénoncent « un statu quo et donc une Pac qui soutient un modèle agricole à bout de souffle ».




Mots-clés

Répression policière   /    La France Insoumise   /    Répression   /    Politique