^

Politique

Réforme des retraites

Reforme des retraites 2.0. Le gouvernement veut faire passer l’âge de départ à la retraite à 64 ans

Le flou des propos de Macron le 3 juin, rouvrant la parenthèse autour de le réforme des retraites en évoquant son retour comme « non exclu » s’est précisé ce mardi. Le Monde révèle ainsi que selon des sources gouvernementales, l’augmentation de l’âge du départ à la retraite, à 64 ans, semble être une piste sérieusement envisagée par l’Élysée.

mardi 8 juin

« Ça ne sera pas la même [réforme des retraites] mais rien n’est exclu » affirmait Macron jeudi 3 juin lors d’un déplacement dans le Lot. Rouvrant la possibilité d’un retour, au moins partiel, des mesures composant la réforme des retraites, les contours du discours du chef de l’État se sont en quelques jours précisés. Mardi 8 juin, Le Monde publiait un article clarifiant les déclarations précautionneusement évasives de Macron. Le journal révèle que ces dernières semaines, des échanges tenus entre des conseillers de l’Élysée et le président de la République « [laissaient] entendre que le projet de transformation [de la réforme des retraites], mis sous cloche l’an dernier, pourrait être repris dans une version amendée »

Si des doutes subsistaient sur le retour de cette réforme au vu des tergiversations au sein de la majorité, divisant certains comme Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale, sceptique face au « [risque] de remettre des millions de Français dans la rue » et y préférant la remettre au goût du jour en tant qu’ « excellente première réforme de deuxième quinquennat » à d’autres n’ayant jamais cessé de défendre le projet comme Bruno Le Maire, les dés semblent désormais bien lancés. Le ministre de l’Économie et des Finances maintenait une fois encore ce dimanche sur Europe 1 sa position : « Quand le président de la République dit que la réforme des retraites est une priorité absolue, je partage chaque mot du président de la République. Oui c’est une priorité. […] Il est bon que cette réforme ne tarde pas trop. »

Selon des sources gouvernementales, la Macronie est ainsi en train d’étudier des pistes concrètes, qui seraient « très faciles à élaborer » et qui pourraient être intégrées au projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2022, dont les articles commenceront à être discutés en septembre. La piste actuellement envisagée est celle de repousser l’âge de départ à la retraite de 62 à 64 ans, une mesure qui pourrait passer par une augmentation de la durée de cotisation pour toucher une pension à taux plein. 

Le retour de la réforme des retraite sur le devant de la scène constitue un enjeux politique évident. Après le jeu de surenchère réactionnaire pris avec son tournant sécuritaire, Macron cherche désormais à se démarquer du large spectre de la droite en s’emparant à nouveau d’un volet central dans sa campagne présidentielle de 2017 et qui constituait alors une des bases sur lesquelles il s’était fait élire : celui d’organiser une attaque généralisée contre les travailleurs et les classes populaires. Relever l’âge du départ à la retraite incarne une position réaffirmant sa ligne politique néolibérale et antisociale sur le terrain des finances, envoyant le message clair d’une attaque contre les travailleurs, à qu’il est bien déterminé à faire payer la crise. 

Comme nous l’indiquions dans un article précédent “Si Macron est déterminé a appliquer ses réformes antisociales, le chemin est pavé d’obstacles. Le souvenir des Gilets jaunes et celui de la grève de l’hiver 2019-2020 est encore vif. Afin de mener à bien son agenda antisocial, et pour mieux mater les explosions sociales à venir, le gouvernement renforce son arsenal répressif, comme il l’a fait avec des mesures permettant de renforcer l’impunité policière. Face au programme réactionnaire du gouvernement, il est urgent de se préparer à les combattre en construisant un plan de bataille à la hauteur des attaques.”




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    Macronisme   /    Réforme des retraites   /    Retraités   /    Richard Ferrand   /    Emmanuel Macron   /    Politique