×

La police blesse et tue

« Refus d’obtempérer » et tirs policiers : une jeune femme entre la vie et la mort au nord de Paris

Nouvelle violence policière ce jeudi soir au nord de Paris. Après deux tirs d'un policier, une jeune femme de 29 ans a été grièvement blessée. Son pronostic vital est engagé. Le « refus d'obtempérer » est une nouvelle fois invoqué.

Petra Lou

22 octobre 2022

Facebook Twitter

Les faits de blessés graves ou de morts suite à des tirs policiers dans le cadre de « refus d’obtempérer » se succèdent. De la nuit de jeudi à vendredi, une jeune automobiliste de 29 ans a été grièvement blessée par deux balles suite à des tirs de policiers lors d’un contrôle entre Noisy-le-Sec et Bondy en Seine-Saint-Denis. Le pronostic vital de la jeune femme a été engagé. Le parquet de Bobigny relate : « Vers 1 h 30, un véhicule est contrôlé pour circulation à vive allure » à Noisy-le-Sec, expliquant que « le véhicule s’arrête puis redémarre, possiblement en direction des policiers ». Une version qui tend une nouvelle fois à justifier les tirs des policiers. Encore une fois, seules les sources policières sont disponibles pour l’instant.

Deux enquêtes ont été ouvertes a expliqué le parquet de Bobigny, l’une visant l’automobiliste pour "tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique", dont est chargée la police judiciaire. La deuxième, confiée à l’IGPN, est à l’encontre du policier pour « violences avec arme ».

Depuis le début de l’année, 12 personnes ont déjà été tuées dans le cadre d’un « refus d’obtempérer ». Le pronostic vital de la jeune femme a été engagé, c’est un énième exemple de la violences de l’institution policière, qui est dédouanée de ses actes.. L’invocation du « refus d’obtempérer » par les policiers fait désormais office d’un véritable permis de tuer. La semaine passée, des policiers ont tué un homme lors d’un contrôle routier à Porte de Vincennes. Dans ces différents cas de violences policières, toujours selon un même schéma, l’invocation du « refus d’obtempérer » permet à l’institution policière et judiciaire de criminaliser les victimes pour justifier l’acte des policiers et mieux les blanchir.

La police blesse et tue, et a les mains libres pour le faire, en toute impunité. En face, les victimes de violences policières doivent faire face à la criminalisation et à l’acharnement judiciaire et sont presque systématiquement accusés. Les nouvelles dispositions de la loi d’orientation de programmation du ministère de l’intérieur (Lopmi) actuellement débattues à l’assemblée nationale prévoit d’ailleurs de renforcer les peines encourues pour « refus d’obtempérer ». Plus que jamais, il est nécessaire que les organisations du mouvement ouvrier, en lien avec celles du mouvement antiraciste, prennent en charge les revendications des familles des victimes de violences policières, et dénoncent avec force ces violences et le renforcement sécuritaire mis en place par le gouvernement.


Facebook Twitter
Islamophobie : Darmanin veut expulser le président de la mosquée de Pessac pour son soutien à la Palestine

Islamophobie : Darmanin veut expulser le président de la mosquée de Pessac pour son soutien à la Palestine

Répression sanglante : la police tue par balle un kanak après la visite de Macron

Répression sanglante : la police tue par balle un kanak après la visite de Macron

Survie : « La lutte anticoloniale du peuple kanak est une lutte pour redevenir maître de leur propre destin »

Survie : « La lutte anticoloniale du peuple kanak est une lutte pour redevenir maître de leur propre destin »


Circulaire Moretti : l'Etat se prépare à condamner massivement les Kanak

Circulaire Moretti : l’Etat se prépare à condamner massivement les Kanak

Interdiction de Tik Tok : le gouvernement peine à défendre sa répression coloniale devant le Conseil d'Etat

Interdiction de Tik Tok : le gouvernement peine à défendre sa répression coloniale devant le Conseil d’Etat

5 mai 1988 : quand l'armée française massacrait les indépendantistes dans la grotte d'Ouvéa

5 mai 1988 : quand l’armée française massacrait les indépendantistes dans la grotte d’Ouvéa


Toulouse. Le 18 mai, une journée solidaire pour exiger un logement pour tous !

Toulouse. Le 18 mai, une journée solidaire pour exiger un logement pour tous !

Kanaky : Des milices mènent des chasses à l'homme contre les Kanak

Kanaky : Des milices mènent des chasses à l’homme contre les Kanak