^

Du Pain et des Roses

« Allô Marlène ? »

Régionales. Nouvelle police, entreprises au féminin : quand Schiappa instrumentalise le féminisme

Alors que la campagne régionale LREM en Ile-de-France peine à décoller, Marlène Schiappa a adressé une « lettre aux parisiennes » ce lundi, afin de tenter de redynamiser la liste menée par Laurent Saint Martin. Une instrumentalisation du féminisme à des fins électoralistes qui ne cache pas le bilan désastreux en la matière du gouvernement.

lundi 31 mai

Crédits photo : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Marlène Schiappa a adressé ce lundi une lettre aux parisiennes afin d’exposer ses quinze mesures pour améliorer le quotidien des femmes en Île-de-France. Dans cette lettre, des mesures censées faciliter le quotidien des parisiennes, mais qui s’inscrivent en réalité dans la politique autoritaire du gouvernement, quand elles ne sont pas vides de contenu.

Parmi les mesures annoncées, la création d’une police régionale, censée lutter contre le harcèlement de rue, notamment dans les transports. Cette mesure, dans la continuité de la création du délit de harcèlement de rue, appuie toujours plus la politique sécuritaire du gouvernement. Si le harcèlement de rue est un vrai problème, il est illusoire de penser que la présence accrue d’effectifs de police pourra protéger les femmes et les minorités de genre, alors que celle-ci refuse régulièrement d’enregistrer les plaintes pour viols, agressions et harcèlement sexuel. Il en est de même dans le cas des violences homophobes et transphobes.

Marlène Schiappa annonce également dans un entretien pour Le Parisien le soutien « via un incubateur [à la] créations de [1000] entreprises au féminin chaque année », ainsi que la formation des « managers à la parité » ou le développement d’espaces regroupant coworking et crêches. Des mesures parfaites pour la start-up nation, mais qui sont loin de répondre à l’urgence des discriminations subies par les femmes les plus précaires, qui ont été en première ligne de la lutte contre le covid, au détriment de leur santé et dans le plus grand mépris du gouvernement,, et alors que les femmes subissent au quotidien la discrimination et les violences sexistes au travail et que 43 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint depuis le début de l’année 2021.

Ces propositions ne s’arrêtent pas là, puisque Schiappa annonce la création d’une ligne téléphonique baptisée « Allô Marlène », qui aurait pour objectif de répondre aux interrogations des parisiennes sur le programme LREM. Une mesure qui frôle le ridicule, et qui rappelle le souhait du gouvernement de privatiser le numéro d’écoute pour les femmes victimes de violences.

Une énième instrumentalisation du féminisme à des fins électoralistes et sécuritaires

Cette lettre s’inscrit explicitement dans une perspective électoraliste, alors que les élections régionales se tiendront dans quelques semaines seulement. Une initiative opportuniste pour tenter de donner un vernis féministe au parti LREM, qui a pourtant démontré tout au long du mandat présidentiel son instrumentalisation du féminisme à des fin racistes et nationalistes, avec des mesures comme la loi confortant les principes républicains qui attaque directement les musulman.e.s et en particulier les femmes voilées.. Une instrumentalisation dans la lignée de celle concernant les droits LGBTQI+, qui ont également été utilisés dans le cadre de cette même campagne à l’occasion de la présentation de la liste.

Contre cette instrumentalisation du féminisme à des fins opportunistes racistes et autoritaires, c’est dans la rue que nous devons arracher nos droits et combattre le gouvernement, à l’image des femmes trans colombiennes qui ont été en première ligne des révoltes et face à la répression policière du gouvernement colombien.




Mots-clés

Élections    /    Marlène Schiappa   /    Féminisme    /    Du Pain et des Roses