^

Politique

4 mois ferme pour avoir dit aux flics qu’ils étaient des « moutons » !

Reims. Après l’acte 27, 4 Gilets jaunes condamnés à de la prison ferme

Ce lundi, après que des débordements aient eu lieu lors de l’acte 27 à Reims, le tribunal a condamné 4 manifestants à de la prison ferme. Des condamnations arbitraires et politiques qui mettent à nu l’envolée liberticide et ultra répressive inquiétante du gouvernement.

mercredi 22 mai

Crédits Photo : PHILIPPE HUGUEN

Deux d’entre eux ont pris 18 mois fermes, avec mandat de dépôt – incarcération immédiate après l’audience - pour « lancé de projectiles » et « jets de pavé » à l’égard des forces de polices.

Le premier prévenu est accusé en effet d’avoir lancé un jet de pavé : cinq policiers disent le reconnaître. Ce dernier nie et l’accusation des policiers n’a, à ce jour, pas été confirmée par des preuves matérielles, notamment à travers la vidéo surveillance.
Mais dans le fonctionnement actuel de la justice de classe, la parole du policier prime et ce alors que les mensonges, les fausses versions, les diverses tentatives visant à étouffer les violences policières, dans les rangs des forces de l’ordre ne sont plus à prouver. D’ailleurs, ce mardi, un motard Gilet jaune, jugé pour violences sur des policiers lors d’une manif en avril,a été relaxé par le tribunal de Lyon, mettant à mal la version policière. En réalité, il n’avait rien fait et c’est lui qui avait été victime de violences de la part de la BAC lors de son interpellation.

Le deuxième prévenu qui a été condamné quelques minutes plus tard à 18 mois de prison ferme, est accusé d’avoir renvoyé les grenades lacrymo que les policiers venaient d’envoyer sur les manifestants. Blessé, « désorienté » et « asphyxié » par les fumées des gaz avec lesquels les forces de police répriment durement les manifestants, ce dernier a en effet reconnu les avoir repoussées du pied, en direction des forces de police. En somme, il a repoussé la charge des policiers.

Mais, quid des policiers alors qui ont lancé ces grenades lacrymo ? Qui matraquent, chargent et mutilent les Gilets jaunes depuis plus de 6 mois ?

Les deux autres Gilets jaunes qui étaient présents lors de la manif ont quant à eux pris 4 mois ferme : l’un est accusé de jets de pavé, il affirme également ne pas l’avoir fait. Le deuxième va se retrouver derrière les barreaux pour avoir eu l’indécence de dire aux policiers qu’ils étaient des… « moutons » ! Il a en effet été condamné pour outrage sur agent ! Un cas qui en dit long sur l’envolée autoritaire brutale opérée par le gouvernement au cours du mouvement des Gilets jaunes, que la loi Anticasseurs permet dorénavant d’accompagner et d’approfondir.

Dans la continuité de l’offensive répressive et liberticide du gouvernement, ces peines de prison à caractère politique ont pour but d’intimider et de punir les personnes qui osent relever la tête et s’opposer à la politique antisociale du gouvernement. Face à ça, il est nécessaire que l’on s’organise collectivement pour préserver nos droits démocratiques les plus élémentaires et que l’on exige l’amnistie de l’ensemble des Gilets jaunes, qui voient leurs vies cassées pour avoir eu le tort de s’opposer à Macron et à son monde qui n’ont rien d’autre à leur offrir que précarité, chômage et injustice.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Christophe Castaner   /    Lutte des classes   /    Emmanuel Macron   /    #JusticeDeClasse   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique