^

Politique

Expulsion

Rennes. Encore une expulsion de sans-abris : la police confisque les tentes de plusieurs familles

Ce jeudi à Rennes, la police a évacué les tentes installées par le collectif Réquisitions et a expulsé plusieurs familles de personnes sans papiers avec de nombreux enfants, la mairie les laissant encore une fois sans solution de logement.

vendredi 16 avril

Crédits : @Utopia_56, twitter

Mercredi 14 avril, le collectif rennais Réquisitions, qui regroupe les associations Utopia 56, Un Toit c’est Un Droit Rennes, le Groupe Logement du 14 Octobre et le Droit Au Logement, a lancé une action d’occupation de la place de la Mairie à Rennes en installant une vingtaine de tentes pour 37 migrants de la métropole dans le but d’exiger que la municipalité trouve une solution de logement pérenne à ces familles, composées de 24 enfants. La police est très rapidement arrivée sur les lieux pour menacer les personnes s’y trouvant de les verbaliser au nom du non-respect du couvre-feu. Les membres du collectif ont décidé, sous les menaces de la police, de quitter la place pour la nuit et sont revenus dès le lendemain matin pour reprendre l’occupation.

Le lendemain matin, la police est revenue et cette fois-ci pour verbaliser des membres du collectif d’une amende de 2 430 euros et pour réquisitionner les tentes pour mettre fin à l’occupation.

Les familles seront logées pendant 4 nuits dans un hôtel grâce à la fondation Abbé Pierre selon Utopie 56. Cependant, cette solution est bien loin d’être pérenne et suffisante pour les plus de 1000 sans-abris de Rennes. La ville comptait il y a dix ans plus de 8000 logements vacants et quelque 2 500 logements secondaires, ce qui serait plus que suffisant pour accueillir les familles qui vivent dans la rue.

Mais face à la misère à laquelle sont réduits de trop nombreux sans-papiers ce ne devraient pas être aux associations de trouver des solutions ponctuelles pour les sans-abris, et de gérer la misère mais à l’État de réquisitionner tous les logements vacants. Ils sont nombreux et permettrait à tous et toutes d’obtenir un logement décent. Pourtant on le voit à Rennes comme ailleurs la seule réponse de l’Etat est celle de la répression, d’envoyer la police non seulement déloger dans la violence, parfois les gazs et la matraque mais également pousser l’inhumanité à saisir les tentes, laissant toujours plus démunies des familles entières. Cette politique s’inscrit dans la lignée de l’offensive réactionnaire du gouvernement. En effet, le gouvernement ne cesse de multiplier les mesures répressives et liberticides au travers, par exemple, de la loi sécurité globale, ou encore de la loi contre le séparatisme.

 Face au gouvernement et aux conséquences de la crise économique et sanitaire, il est plus urgent que jamais d’exiger non seulement la réquisition des logements vides mais également la régularisation de tous les sans-papiers, et l’abrogation de toutes les lois xénophobes.




Mots-clés

Police   /    Migrants   /    expulsion   /    Politique