^

Politique

Extrême-droite hors de nos luttes !

« Rentre au Mali connasse ». Soutien à Assa Traoré agressée par l’extrême-droite à l’agora de l’Odéon

Venue soutenir les travailleurs du spectacle à l'Odéon, Assa Traoré a été victime d’une agression raciste par des individus d’extrême-droite. Face à l'extrême-droite, il s’agit de construire un front antiraciste en commençant par appeler aux manifestations du 20 et 21 mars contre les violences policières et l’islamophobie.

mardi 16 mars

Le Théâtre de l’Odéon est l’épicentre d’une vague d’occupation de théâtre d’ampleur nationale par les travailleurs de la culture. Ces derniers sont actuellement en lutte pour la réouverture des lieux culturels, mais aussi pour exiger le retrait de la réforme de l’assurance-chômage ainsi que l’extension d’une année blanche à tous les précaires de la culture. En effet, ce secteur a été particulièrement touché après 1 an de crise sanitaire et économique et fait les frais de la gestion catastrophique de la crise sanitaire par le gouvernement qui a plongé de nombreux travailleurs de la culture dans une précarité toujours plus profonde.

Ce mardi à 14h sur le parvis l’Odéon, une agora avait lieu lors de laquelle les occupants ont de nouveaux exprimé leurs revendications. A cette occasion, des travailleurs d’autres secteurs, des militants du mouvement ouvrier et des étudiants sont venus afficher leur soutien aux travailleurs de la culture mobilisés. Invitée par les occupants du théâtre, Assa Traoré, figure du combat contre les violences policières et le racisme avait fait le déplacement aux côtés de Youcef Brakni pour apporter le soutien du Comité Adama à la lutte des intermittents et des précaires de la culture.

Dans la foulée de son intervention, la militante antiraciste a été violemment prise à partie et a été la cible d’insultes racistes par des individus d’extrême-droite au milieu des soutiens et des différents travailleurs de la culture présents sur le parvis.

Dans cette vidéo, on peut entendre « rentre au Mali connasse » lancé à Assa Traoré, qui cherche ensuite à se défendre sous l’œil ébahi des organisateurs de l’Agora. Les agresseurs ont également réalisé des quenelles et tenus des propos racistes et complotistes avant d’être escortés par la police. Au micro de Révolution Permanente, Youcef Brakni, membre du Comité Adama a expliqué qu’« au moment où Assa Traoré a commencé à prendre la parole, j’ai entendu des propos antisémites qui viennent clairement des milieux d’extrême-droite, ils ont crié “Soros, Soros, Soros“ typique des théories complotistes et antisémites ».

Comme l’affirme Youcef Brakni à notre micro, il est essentiel de prendre position et d’affirmer haut et fort que « dans une manifestation pour sauver la culture, il n’y a pas de place pour les discours haineux d’extrême-droite, les théories complotistes et les quenelles. Il faut faire le ménage ». Comme l’explique le militant du Comité Adama, ce genre d’actes et de discours racistes doivent être combattus sans relâche, et en particulier dans des rassemblements de travailleurs qui se mobilisent pour leurs conditions de travail et contre la précarité. En effet, il est dommage, comme le regrettent les organisateurs dans leur communiqué, que l’invitation d’Assa Traoré et la tenue régulière de rassemblements avec des figures de gauche, n’ait pas été organisé de manière conséquente pour garantir leur sécurité par les travailleurs et leurs organisations, d’autant que de plus en plus de voix s’élèvent au sein même du milieu de la culture contre le racisme à l’instar de la prise de parole Jean-Pascal Zadi à la cérémonie des Césars.

Par ailleurs, si les occupants du théâtre ont par la suite fait un communiqué pour dénoncer l’agression ainsi que la présence de ces individus d’extrême droite, il s’agit au-delà de la dénonciation, de participer à construire le front le plus large possible contre le racisme d’État, les violences policières, l’offensive islamophobe du gouvernement et l’extrême-droite. Un combat dans lequel les artistes, les travailleurs de la culture, et plus généralement l’ensemble du monde du travail ont un rôle à jouer. A ce titre, les organisations à la tête du mouvement d’occupation, et en premier lieu les organisations syndicales dont la CGT spectacle, doivent prendre leurs responsabilités.

A l’image d’Assa Traoré et le Comité Adama venus soutenir les travailleurs de la culture mobilisé, il est central que le monde de la culture et les organisations syndicales du monde du spectacle et du mouvement ouvrier en général appellent massivement à manifester le 20 mars lors de la journée internationale contre le racisme systémique, les violences policières, carcérales et judiciaires ainsi que le 21 mars contre la loi séparatisme et l’offensive islamophobe du gouvernement.




Mots-clés

Racisme d’État   /    Anti-racisme   /    Culture   /    Adama Traoré   /    Racisme   /    Extrême-droite   /    Politique