^

Société

Communiqué du comité de soutien à Loïc et aux invités du MEDEF poursuivis

Report du procès de Loïc de la Compagnie Jolie Môme et appel à unir nos forces contre la répression

Crédit Photo : Marion Jongle Après l’occupation du MEDEF le 7 juin dernier, pendant laquelle Loïc, intermittent de la compagnie Jolie Môme, a scandaleusement été placé en garde-à-vue, la justice de classe continue à jouer son rôle d’être au service du patronat pour taper toujours plus fort sur tous ceux qui relèvent la tête. Alors même que Loïc avait reçu un coup de la part du responsable de la sécurité du MEDEF, contre qui il a porté plainte, celle-ci n’est toujours pas instruite, et ce à quelques jours du procès mettant Loïc en accusation. La justice montre ainsi clairement pour quel côté elle prend partie. Mais Loïc et ses soutiens n’entendent pas se laisser faire. Ils appellent à reporter le procès et à renforcer la convergence contre la répression du mouvement social, avec notamment une rencontre le 15 décembre au théâtre de la Belle Etoile à Saint-Denis. Nous relayons ci-dessous leur communiqué.

vendredi 2 décembre 2016

Nous ne mobilisons pas pour le 8 décembre, nous demandons le report du procès.


Le 8 décembre 2016, jour du procès de Loïc, la plainte déposée contre le responsable de la sécurité du MEDEF n’aura toujours pas été instruite.

On se souvient qu’après avoir porté un coup, un cadre du MEDEF s’est aussi empressé de porter plainte pour une violence parfaitement fictive, occasionnant 48h de garde à vue à son adversaire social.

Loïc, membre de la Compagnie Jolie Môme était venu avec la Coordination des Intermittents et Précaires, la CGT Spectacle et des opposants à la loi travail demander au MEDEF de cesser leur obstruction à l’application de l’accord sur l’assurance chômage.Le manifestant a donc non seulement pris un coup, écopé d’une longue garde à vue… et en plus d’une convocation au tribunal pour une prétendue « violence en réunion ».

Loïc a porté plainte contre le directeur de la sécurité du MEDEF, dès la garde à vue puis auprès du procureur de la République. Mais depuis rien. Pas d’instruction entamée, pas d’accès aux bandes de vidéosurveillance qui l’auraient immédiatement innocenté, pas d’audition des témoins…6 mois après les faits, seule la plainte qui accusait Loïc est instruite !

Et pourtant dans ce même laps de temps une nouvelle plainte initiée par le MEDEF est instruite, vidéosurveillance à l’appui contre 6 autres camarades présents ce jour là.

Ce procès politique ne pourrait évidemment pas avoir lieu sans que l’instruction des deux volets ait été menée à bien.

Nous demandons donc qu’il soit reporté, jusqu’à ce que tous les éléments aient été réunis pour un procès équitable. Dans l’attente d’une prochaine mobilisation, nous annulons le rassemblement de soutien prévu ce jeudi 8 décembre.

Il faudra rester vigilant et aller soutenir Loïc au moment opportun, mais surtout, ne perdez pas cette énergie car :

- 6 décembre à 9h : Gaël, un postier, est convoqué par la cour d’appel du tribunal de Versailles

- 13 décembre : Adil, postier lui aussi, est convoqué au TGI de Paris à 9h

- 11 janvier : verdict du procès des Good Year à Amiens

- 19 janvier : procès de Gildo arrêté dans la « nasse du 49-3 » devant l’assemblée

- 10 février : 6 autres « invités du MEDEF », intermittents, précaires et étudiants comparaîtront au tribunal de Paris à 13h

… et la liste est longue des militants qui subissent aujourd’hui les répressions judiciaires.

Tous ont besoin de notre soutien et nous donnons pour cela rendez-vous à tous le 15 décembre à 19h à La Belle Étoile.

Alors à très bientôt et merci de votre solidarité.
Le comité de soutien à Loïc et aux invités du MEDEF poursuivis.
Rappel des faits et appel à signer




Mots-clés

Compagnie Jolie Môme   /    Intermittents   /    #JusticeDeClasse   /    Répression   /    Société