×

Ecologie

Répression : 5 opposants aux méga-bassines condamnés à de la prison avec sursis

Ce lundi 29 octobre, cinq militants ayant participé à la manifestation contre les méga-bassines de Sainte-Soline ont été condamnés à des peines de prison avec sursis. Une répression qui vise à intimider les militants écologistes, et contre laquelle il faut se mobiliser largement.

Milie Venne

30 novembre 2022

Facebook Twitter

Photo : PASCAL LACHENAUD / AFP

Ce lundi 29 octobre, un mois après la manifestation de Sainte Soline, se tenait le procès des cinq opposants aux méga bassines au tribunal de Niort. Leur avocat, Mr Alexis Baudelin, après s’être vu refusé un délai supplémentaire pour préparer « un procès correctement calibré », a annoncé qu’il ne plaiderait pas et que les prévenus ne comparaîtraient pas. De plus, un des inculpés, touché par un tir de LBD lors de la manifestation, était encore en rémission de ses blessures.

Le procès s’est ainsi tenu sans eux et les 5 hommes ont été condamnés à des peines de deux et trois mois d’emprisonnement avec sursis, ainsi qu’à une interdiction de paraître dans les Deux-Sèvres pendant trois ans alors qu’un des condamnés y travaille. Ils ont annoncé qu’ils allaient faire appel de la décision.

Cette condamnation montre une volonté de l’Etat de démoraliser et intimider les manifestants en les condamnant « pour l’exemple ». Une volonté que le procureur n’a même pas pris la peine de cacher. Les manifestants ont en effet été condamnés pour « participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destructions ou de dégradations de biens ». A ce titre, ils subissent une peine du fait de leur présence à Sainte Soline ce jour-là, comme le précise le parquet : « l’infraction pour laquelle ils ont été poursuivis est toutefois juridiquement constituée dès l’instant qu’ils ont participé à cette manifestation interdite ».

Leur avocat souligne sur France Info : « Il y avait des instructions qui avaient été données non seulement au préfet de réprimer sévèrement toute cette manifestation, et ensuite il avait aussi donné instruction au procureur, dès lors qu’il y avait des interpellations, d’envoyer directement ces personnes en comparution immédiate. Et donc là, on a effectivement cinq personnes pour le simple fait d’avoir participé à cette manifestation. »

Pendant ce temps, à l’extérieur du tribunal, 200 opposants aux projets de construction des réserves d’eau organisaient un procès symbolique dans la rue pour soutenir les 5 hommes.

Cette condamnation s’inscrit dans un processus de renforcement répressif et sécuritaire du gouvernement. Notamment dans un climat de criminalisation de la lutte pour l’écologie, dont les acteurs sont qualifiés par Darmanin "d’éco-terroristes".

Un langage utilisé pour légitimer la répression des futures mobilisations qui reprend la même logique que la criminalisation et stigmatisation des musulmans par le gouvernement pour justifier des lois sécuritaires et islamophobes.

Ce renforcement de la répression était notamment annoncé par la circulaire révélée par Mediapart le 15 novembre, datée du 9 novembre, à l’initiative de Dupont Moretti. Cette dernière vise à intensifier la répression judiciaire des militants écologistes en multipliant les poursuites, en réduisant les délais et la capacité de se défendre et en systématisant l’usage de la comparution immédiate.

Au-delà de la lutte écologiste, la répression de militants s’étend à l’ensemble du milieu de la gauche avec l’augmentation des dissolutions d’organisations, des procès et poursuites de militants et le renforcement général de l’appareil policier, qui vise les quartiers populaires et la répression des mouvements sociaux.

Au vu du climat offensif et sécuritaire, il en est de la responsabilité de toutes les organisations de gauche et du mouvement social de s’unir et faire front. Alors que l’Etat tente de diviser par la répression et un argumentaire toujours plus réactionnaire, il est essentiel de combattre toute forme de répression, qu’elle soit envers les militants écologistes, tout acteur participant aux luttes sociales et plus généralement de soutenir toutes les victimes de violences policières.


Facebook Twitter
Les ingénieurs face à la crise écologique, cause ou solution ?

Les ingénieurs face à la crise écologique, cause ou solution ?

Sous la transition, les mines

Sous la transition, les mines

InVivo, derrière la coopérative « verte », un géant de l'agrobusiness anti-syndicats et anti-écolo

InVivo, derrière la coopérative « verte », un géant de l’agrobusiness anti-syndicats et anti-écolo

Défaire le mythe de la transition énergétique

Défaire le mythe de la transition énergétique

Victoire ! Relaxe pour les 9 activistes de XR, réprimés suite à une action contre InVivo

Victoire ! Relaxe pour les 9 activistes de XR, réprimés suite à une action contre InVivo

Toulouse. Le 21 avril, tous à la manifestation contre l'A69 et son monde

Toulouse. Le 21 avril, tous à la manifestation contre l’A69 et son monde

Action contre Lafarge : l'Etat mobilise à nouveau l'anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

Action contre Lafarge : l’Etat mobilise à nouveau l’anti-terrorisme pour réprimer le mouvement écolo

Catastrophe capitaliste. 57 entreprises responsables de 80 % du CO2 émis depuis les accords de Paris

Catastrophe capitaliste. 57 entreprises responsables de 80 % du CO2 émis depuis les accords de Paris