×

Racisme d'Etat

Répression coloniale. Darmanin veut « pérenniser la présence du RAID à Mayotte »

Ce dimanche, le ministre de l’Intérieur et des Outres-Mers a annoncé sa volonté de « pérenniser la présence du RAID à Mayotte ». Une décision s’inscrivant dans un contexte de surenchère répressive et raciste sur l’île depuis novembre.

Natacha Lubin

2 janvier 2023

Facebook Twitter

En déplacement à Mayotte, Gérald Darmanin a annoncé dimanche lors d’un entretien accordé à BFM TV sa volonté de « pérenniser la présence du RAID à Mayotte ». Ces déclarations font suite au déploiement du RAID sur le territoire en novembre dernier, lors d’affrontements entre bandes rivales.

Depuis, le gouvernement mais également la classe politique locale multiplient les déclarations réactionnaires et xénophobes : c’est notamment le cas de la députée de la première circonscription de Mayotte, Estelle Youssoufa, qui revendique « la présence permanente d’un un navire patrouilleur Outre-mer dédié à la lutte contre l’immigration clandestine » ou encore du maire LR de Mamoudzou, Ambdilwahédou Soumaïla, qui souhaite la suppression définitive du droit du sol à Mayotte.

Lors de ce voyage, Gérald Darmanin a également annoncé sa volonté d’un « changement de paradigme extrêmement fort » dans le contrôle des frontières, en insistant notamment sur la nécessité de recourir aux nouvelles technologies pour toujours plus surveiller et réprimer. Ainsi, il a affirmé vouloir augmenter le nombre d’intercepteurs, de radars, d’avions mais également de drones utilisés dans le cadre de cette chasse aux personnes migrantes. Tout un programme ultra-xénophobe.

Cette nouvelle escalade dans le renforcement de la répression ne fera qu’aggraver les conditions de vie sur le territoire mahorais des immigrés comoriens, véritables bouc-émissaires des problèmes économiques et sociaux sur l’île de Mayotte, mais aussi celles du reste de la population mahoraise. Elle ne mettra pas fin à la précarité grandissante de la grande majorité de la population mahoraise, dont le premier responsable est bien l’État français.

La pérennisation de la présence d’un corps spécial comme le RAID apparaît comme la pointe avancée d’une gestion répressive et coloniale de l’île. Une politique « d’exception » dont on sait à quel point elle est expérimentée par l’État avant d’être appliquée par la suite contre les mouvements sociaux voire dans la « gestion » quotidienne des populations. Il est fondamental de refuser cette criminalisation xénophobe d’une partie de la population, qui fait le jeu des politiques répressives et coloniales de l’État français et de ses valets locaux.

L’ensemble des organisations du mouvement ouvrier et de la gauche doivent le dire haut et fort : non à la militarisation de l’île de Mayotte !


Facebook Twitter
Les Etats-Unis donnent carte blanche à Israël à Gaza pour éviter une escalade régionale

Les Etats-Unis donnent carte blanche à Israël à Gaza pour éviter une escalade régionale

Frappes iraniennes : le soutien des pays arabes à Israël marque un nouveau rapprochement

Frappes iraniennes : le soutien des pays arabes à Israël marque un nouveau rapprochement

Invasion de Rafah : comment la bourgeoisie égyptienne tire profit des menaces d'Israël

Invasion de Rafah : comment la bourgeoisie égyptienne tire profit des menaces d’Israël


Riposte de l'Iran contre Israël : et maintenant ?

Riposte de l’Iran contre Israël : et maintenant ?

Difficultés sur le front ukrainien : vers une percée russe ?

Difficultés sur le front ukrainien : vers une percée russe ?

« Un état de guerre » en Cisjordanie : les colons multiplient les expéditions punitives

« Un état de guerre » en Cisjordanie : les colons multiplient les expéditions punitives

Corée du Sud. La droite perd les législatives mais le bipartisme se renforce

Corée du Sud. La droite perd les législatives mais le bipartisme se renforce

« Place Nette » à Mayotte : le gouvernement relance l'opération Wuambushu pour des expulsions de masse

« Place Nette » à Mayotte : le gouvernement relance l’opération Wuambushu pour des expulsions de masse