^

Notre classe

« Sois prof et tais-toi »

Répression contre Kai Terada, professeur : rassemblement devant le ministère de l’Education mercredi !

Le combat se poursuit pour la réintégration de Kai, professeur de mathématiques au lycée Joliot-Curie de Nanterre (92) et représentant syndical Sud Education 92, suspendu sans motif le jour de la rentrée. Contre la répression dans l’Éducation nationale rendez-vous ce mercredi 21 septembre devant le ministère de l'Education !

lundi 19 septembre

Depuis 3 semaines, les collègues de Kai Terada, prof en région parisienne, suspendu sans motif le jour de la rentrée se mobilisent contre la répression qui le vise. C’est par la grève, les rassemblements devant le Rectorat, la DSDEN, en réunions, en Ags, par la caisse de grève, les distributions de tracts à la population, les collages dans le 92, les pétitions en ligne… qu’ils rythment une lutte déterminante pour la réintégration de leur collègue. Mais une lutte qui se veut également fer de lance d’un mouvement d’ensemble contre la répression dans l’éducation puisque celle-ci fait écho à tous les cas de répression de ces dernières années dans l’Éducation nationale, ciblant délibérément les militants et les collègues les plus reconnus et les plus combatifs qui ont été vent debout aux côtés des élèves et parents d’élèves contre les réformes Blanquer et l’autoritarisme accrue dans l’éducation.

Mardi dernier, c’est plus de 130 personnels de l’éducation qui ont répondu présents en Île-de-France devant la DSDEN des Hauts-de-Seine, à Nanterre, à l’appel des collègues de Kai et qui sont venus réfléchir au plan de bataille pour sa réintégration. Les prises de paroles successives ont dénoncé la situation déplorable dans le secteur et une large solidarité s’est exprimée face à l’annonce d’une possible «  mutation dans l’intérêt du service  » de Kai. Le sentiment d’injustice devant un tel arbitraire était à son comble. La détermination à ne pas laisser faire également !

Depuis, la solidarité fleurit dans les établissements scolaires. Les photos et les motions de soutien de plusieurs établissements se sont multipliées. La pétition lancée a même recueillie plus de 5 500 signatures. C’est une véritable dynamique militante qui est en train de se construire, et qui doit se poursuivre pour mettre en place un rapport de force à même de faire reculer la décision qui émane certainement du ministère de l’éducation.

Si 82 témoignages de collègues en faveur de Kai ont été mis sur la table de la DSDEN jeudi dernier, les parents d’élèves de l’établissement ont également écrit une lettre pour réclamer la réintégration immédiate du professeur.

Par-delà la solidarité des équipes dans les établissements scolaires qui doit encore s’étendre, c’est par la grève de l’ensemble du secteur et en faisant la jonction avec la répression dans d’autres secteurs qu’il sera possible de mettre un coup d’arrêt à ses méthodes répressives et arbitraires qui sont partout les mêmes. Par exemple, la FERC CGT (Fédération de l’éducation de la recherche et de la culture CGT) des établissements de l’enseignement supérieur a ainsi apporté son soutien à Kai :

Une prise de position salutaire qui en appelle d’autres : dans chaque secteur, il est possible de mobiliser ses collègues, de porter des motions de soutien dans son syndicat.

Kai et ses collègues appellent à manifester ce mercredi 21 septembre à 15 heures devant le ministère de l’Éducation nationale. Au sortir de la DSDEN, celui-ci soulignait « qu’il faut que cette journée devant le ministère soit contre l’ensemble de la répression dans l’éducation nationale, au delà de mon cas ».

Dans l’Éducation nationale et ailleurs, ce sont partout les même méthodes, contre lesquelles il faut lutter.
Dans une période marquée par l’inflation et des salaires qui ne suivent définitivement pas malgré la revalorisation plus que symbolique de 3%, la répression de ceux qui osent dire “non” au gouvernement vient s’ajouter à la casse des conditions de travail méthodiquement poursuivie depuis des années. Face à un système qui broie tout ce qui ne lui est pas rentable, il y a urgence absolue à se mobiliser collectivement avec un véritable plan de bataille. En ce sens, la journée de grève et de manifestation du 29 septembre, la semaine prochaine, pourra aussi être une étape dans la construction de ce plan d’ensemble.

Pour soutenir Kai prenez-vous en photo avec l’affiche de soutien en tête d’article et tweetez avec le #SoutienAKaiTerada.

Rassemblement le Mercredi 21 à 15h devant le ministère de l’Éducation nationale.



Mots-clés

Education nationale    /    répression syndicale   /    Education   /    Répression   /    Notre classe