^

Politique

Solidarité !

Répression : l’enseignant arrêté sur un piquet RATP sera jugé pour « entrave à la liberté du travail » et violences

L'enseignant interpellé lors d'un blocage au dépôt d'Aubervilliers mercredi passait aujourd'hui au TGI de Bobigny. Il passera en procès en janvier pour « violences volontaires contre agent dépositaire de l’autorité publique » sans ITT et entrave à la liberté du travail avec violence ou voie de fait. Des accusations graves liées aux témoignages de policiers et cadres de la RATP, main dans la main pour réprimer les grévistes et leurs soutiens.

vendredi 13 décembre 2019

Crédit photo : interpellation de Julien

Julien, enseignant interpellé mercredi dernier lors du blocage du dépôt RATP d’Aubervilliers, est passé aujourd’hui au Tribunal de Bobigny. Après être passé devant un juge, son procès a été reporté et il est sorti sans contrôle judiciaire.

Le 10 janvier 2020, Julien passera donc en procès pour les chefs d’accusation suivants : « violences volontaires contre agent dépositaire de l’autorité publique » sans ITT et entrave à la liberté du travail avec violence ou voie de fait. Des chefs d’accusation graves portés sur la base de témoignages de policiers et de cadres de la RATP présents lors du blocage.

A propos de l’accusation d’ « entrave à la liberté du travail », un soutien présent lors du jugement explique : « L’avocate de Julien a expliqué que c’était la première fois que ce délit était utilisé dans le cadre d’un mouvement social ». En outre, la RATP pourrait réclamer des dommages et intérêts pourraient à l’enseignant en lien avec cette accusation.

RATP, police et « Justice » sont ainsi main dans la main pour réprimer les soutiens qui, comme Julien, participent à de nombreux blocages de dépôts RATP afin de s’opposer aux briseurs de grève. Incapable de convaincre, le gouvernement et sa police tentent de briser les blocages par la répression violente, comme à Pavillons-sous-Bois, Ivry ou Malakoff, ou judiciaire, comme à Aubervilliers. Une répression qui appelle la solidarité la plus large et ne doit pas entamer la détermination des grévistes de tous les secteurs et de leurs soutiens, qui lutte légitimement contre une réforme inacceptable !




Mots-clés

Aubervilliers   /    Police   /    SUD-Education   /    RATP   /    Répression   /    Politique