^

Notre classe

Solidarité !

Répression syndicale : plus de 200 personnes rassemblées pour soutenir Gaël Quirante

Condamné dans le cadre de la grève des postiers de 2018, Gaël Quirante, militant ouvrier et syndicaliste, passait ce lundi en appel devant la cour correctionnelle de Versailles. Plus de 200 personnes étaient présentes en soutien.

lundi 14 novembre

[Crédits photo : révolution permanente]

Il y a trois ans, Gaël Quirante était condamné en première instance à trois mois de prison avec sursis dans le contexte d’une grève des postiers dans les Hauts-de-Seine (92, région parisienne) et sur la base des seuls témoignages de cadres. Cette grève, partie contre le licenciement de Gaël, qui s’était aussi opposée aux réorganisations à La Poste s’était conclue avec les révélations accablantes de l’émission « Envoyé Spécial », qui avait mis en lumière les conditions terribles de travail au sein de l’entreprise.

Alors que les tribunaux ont reconnu le droit de Gaël et des grévistes de rentrer dans les centres pour informer leurs collègues, Gaël avait été reconnu coupable de « vol de téléphone » et « violences » par des cadres alors que lui et ses collègues ont été empêchés de rentrer dans les locaux de la poste. Une condamnation à une peine de prison à l’encontre d’un militant devenue un symbole de la criminalisation de l’activité syndicale par l’entreprise.

Ce lundi matin, se tenait le procès en appel du syndicaliste. Pour l’occasion, de nombreux soutiens étaient présents pour montrer leur solidarité contre cette répression scandaleuse. Devant le tribunal ce ne sont pas moins de 200 personnes qui se sont rassemblées pour soutenir le syndicaliste. Parmi elles, des représentants de partis comme Eric Coquerel de LFI, Olivier Besancenot du NPA ou encore un représentant de la direction de Révolution Permanente. Mais les délégations étaient surtout fortes de nombreuses équipes syndicales qui se sont succédées au micro pour témoigner de leur solidarité. Parmi elles, plusieurs postiers venus de différents départements, notamment de Gironde, du Calvados et de Seine et Marne. Willy, postier bordelais, Christophe Musslé, de la CGT Fapt Calvados, révoqué de la fonction publique, Patrick, de sud poste 77, ainsi que Yann, représentant de la fédération SudPTT ont pris la parole.

Dans son intervention, Gaël est d’abord revenu longuement et en détail sur les accusations pour les démonter une par une.

Était également présente une délégation de grévistes de Géodis Gennevilliers, qui côtoient régulièrement le syndicaliste lors de mobilisations interprofessionnelles et qui sont revenus sur la situation de leur grève et l’aggravation de la crise sociale que vivent leurs collègues avec l’inflation.

Ont aussi pris la parole Jean Pierre Mercier, de la CGT PSA Poissy, la CGT Monoprix, les TUI France, Freddy de Solidaires Île-de-France, Marianne de InfoCom CGT, Philippe Bouriachi conseiller municipal et régional IDF, Yasser de la CGT Fiducial sécurité, Anthony Toueilles, conseiller municipal LFI Mairie de Malakoff ou encore Rémy de Sud Rail St Lazare.

Plusieurs dizaines d’étudiants étaient également présents, parmi lesquels une délégation de l’Unef Nanterre et de l’Union des étudiant.e.s des Yvelines.
Le rendu du procès en appel n’a pas encore été donné, nous le communiquerons sur Révolution Permanente.



Mots-clés

rassemblement   /    Gaël Quirante   /    répression syndicale   /    La Poste   /    Notre classe