^

Politique

Covid-19

Reprise épidémique : exigeons la gratuité immédiate des tests pour toutes et tous !

Alors que l'épidémie connaît une reprise en France métropolitaine, le déremboursement des tests pour les personnes non-vaccinées nous prive d'un outil essentiel. Alors que l'enjeu de tracer l'épidémie pour empêcher son explosion est plus brûlant que jamais, il faut revendiquer la gratuité pour toutes et tous face à l'autoritarisme aveugle de Macron.

lundi 15 novembre

Crédits photo : AFP

Une reprise de l’épidémie de Covid-19

Depuis deux semaines, la France comme le reste de l’Europe est entrée dans une dynamique de reprise de l’épidémie de Covid-19. Si le pays reste relativement épargné par rapport à la flambée des cas dans l’est de l’Europe, les indicateurs pointent désormais tous dans le sens d’une reprise. Le taux d’incidence était au 11 novembre de 90 cas pour 100 000 habitants, et « le taux de reproduction du virus est à 1,2, ce qui veut dire que le nombre de nouveaux malades double tous les 15 à 20 jours », indiquait William Dab, professeur de médecine et ancien directeur général de Santé, au journal Le Parisien. Cette hausse des contaminations s’est également traduite par une hausse des admissions à l’hôpital cette semaine.

L’impact de la reprise épidémique devrait être atténué par la couverture vaccinale importante, avec près de 89% de la population de plus de douze ans vaccinée, ce qui devrait limiter le nombre de cas graves ainsi que la circulation du virus dans une certaine mesure. Pour autant des risques subsistent d’une propagation de l’épidémie à travers les brèches de la vaccination, dans le cadre d’un variant delta particulièrement contagieux. C’est ce qu’illustre le cas de l’Allemagne, aujourd’hui confrontée à un record de contaminations malgré une couverture vaccinale de 67% environ. Si les non vaccinés présentent le risque le plus important de contracter le virus, la diminution de l’efficacité du vaccin avec le temps fait également peser un risque conséquent sur une portion importante de population vaccinée. En France, « cela fait environ 30 % de personnes susceptibles d’être infectées, ce chiffre n’est pas négligeable » soulignait ainsi William Dab.

D’où la nécessité d’une politique de prévention, tout particulièrement dans cette phase de reprise de l’épidémie où il est nécessaire de surveiller attentivement l’évolution des contaminations et les chaînes de contamination afin de limiter la propagation du virus. Or, en la matière, l’inconséquence du gouvernement fait peser de véritables risques.

Les conséquences désastreuses du déremboursement des tests

Le déremboursement des tests depuis le 15 octobre dernier pour les personnes non vaccinées, et donc les plus à risques, contribue notamment à réduire de façon importante les capacités de traçage de l’épidémie. Partie intégrante de la politique de culpabilisation des non vaccinés menée par le gouvernement, cette mesure conduit aujourd’hui à nous désarmer face à la reprise.

Le Monde pointait en ce sens ce lundi la baisse d’environ 35% du nombre de tests réalisés depuis le 15 octobre, et particulièrement importante chez les non-vaccinés asymptomatiques. En outre, si les personnes symptomatiques semblent continuer de se faire tester, le délai entre l’apparition des symptômes et le test s’est allongé depuis le déremboursement pour atteindre aujourd’hui un délai de 2,5 jours : « Cette augmentation pourrait s’expliquer par le passage nécessaire chez un médecin prescripteur préalable au test pour les personnes non-vaccinées », précise Santé Publique France qui alerte sur l’importance de réduire ce délai pour « minimiser le nombre de personnes-contacts potentielles liées à un cas et permettre la prise en charge la plus réactive possible des personnes-contacts ».

Les conséquences désastreuses de cette mesure du gouvernement apparaissent ainsi de manière particulièrement aiguës à l’heure d’une reprise épidémique où le tester-tracer-isoler est plus que jamais nécessaire pour contenir l’épidémie. Or, Bruno Le Maire a refusé catégoriquement de revenir sur cette mesure et de rétablir la gratuité des tests et a cherché à dédouaner le gouvernement de ses responsabilités en culpabilisant les non-vaccinés, « que chacun prenne ses responsabilités » a-t-il ainsi asséné dimanche, faisant planer la menace d’un nouveau confinement.

Face à l’autoritarisme aveugle du gouvernement, il est fondamental de revendiquer la gratuité des tests, qui n’auraient jamais dû être déremboursés. Alors que l’épidémie reprend, le dépistage massif est un enjeu fondamental pour prévenir le risque d’une envolée des contaminations. Une revendication qui doit aller de pair avec un programme de prévention plus large, par l’investissement dans des dispositifs de purification d’air et d’aération à l’école et dans les lieux publics, mais également un investissement massif dans la santé, durement touchée par la crise et affaiblie par la « pénurie » de soignants que les conditions de travail dégradées alimente.




Mots-clés

Pass sanitaire   /    Tests   /    Covid-19   /    Crise sanitaire   /    Catastrophe sanitaire   /    Politique