^

Notre classe

Coronavirus

Réquisition d’hôtels : la CGT HPE exige la protection des salariés

En cette période de crise sanitaire, la réquisition d'hôtels pour les personnels soignants et les personnes sans domicile fixe a été décidée. Le syndicat CGT des salarié-e-s des hôtels de prestige et économiques des mesures supplémentaires.

samedi 28 mars

En cette période de crise sanitaire, la réquisition d’hôtels pour les personnels soignants et les personnes sans domicile fixe a été décidée. Le syndicat CGT des salarié-e-s des hôtels de prestige et économiques exige également l’hébergement des personnes logées dans des conditions précaires, dans des appartements souvent surpeuplés, ainsi que des femmes victimes des violences conjugales, dont le chiffre est en forte hausse depuis le début du confinement, ainsi que le respect des droits du personnel des hôtels et l’obtention d’acquis sociaux pour ces petites mains invisibles qui ne sont jamais reconnues, alors qu’elles jouent un rôle indispensable pour la société.

Nous relayons ci-dessous la lettre ouverte que le syndicat CGT HPE adresse au gouvernement :

Lettre ouverte au gouvernement

Notre syndicat CGT des salarié-e-s des hôtels de Prestige et économiques se félicite de la réquisition d’hôtels pour les personnels soignants et les sans domiciles fixes.

Nous demandons également à ce que les personnes logées dans des conditions précaires, dans des appartements souvent surpeuplés, ainsi que les femmes victimes des violences conjugales, dont le chiffre est en forte hausse depuis le début du confinement, soient également bénéficiaires de chambres d’hôtels.

De ce fait, des personnels de l’hôtellerie vont devoir retourner au travail, la plupart des hôtels étant actuellement fermés.

Cette crise sanitaire montre le caractère vital de la mission des salariés de l’hôtellerie, notamment des femmes de chambre, équipiers et gouvernantes, sans qui aucun hôtel ne peut fonctionner.

Nous exigeons en préalable qu’aucun salarié âgé de plus de 50 ans ou atteint d’une restriction médicale ne soit rappelé.

Nous demandons ensuite à être associés à la mise en œuvre des moyens nécessaires à l’accomplissement de leurs taches afin de leur assurer une sécurité sanitaire totale. A titre d’exemple nous souhaitons qu’au moins un infirmier soit en permanence présent dans l’hôtel.

Nous demandons ensuite la revalorisation des rémunérations des personnels rappelés qui doivent atteindre des niveaux décents.

Cette revalorisation devra être prise en charge par les grands groupes hôteliers, comme les groupes ACCOR qui a versé cette année 1 milliard d’euros à ses actionnaires, HYATT, JIN JIANG (LOUVRE HÔTELS GROUP, RADISSON) ou encore MARIOTT.

Enfin, de façon plus générale, les conditions de transports actuelles des salariés sont déplorables du fait de la diminution des rotations des bus, métros et tramways.

Il y aurait donc lieu pour la durée de cette période de crise de mettre à disposition des salariés non véhiculés des moyens de transports qui soient sanitairement sécurisés, à défaut de leur remettre des bons taxis, et pour ceux qui disposent d’un véhicule de leur faire l’avance des indemnités kilométriques, et pour celles et ceux qui le souhaitent, mettre à leur disposition des chambres afin de ne pas risquer de contaminer leurs familles.Pour la mise en œuvre de ces dispositions nous demandons la liberté de circulation totale pour les représentants des organisations syndicales extérieurs à l’entreprise pour qu’elles/ils puissent contrôler les conditions sanitaires appliquées dans les hôtels réquisitionnés, les seuls services de l’inspection du travail en sous effectifs chronique, avec des inspecteurs placés pour la plupart en télétravail, étant dans l’incapacité de mener à bien ces missions.
Clichy le 23 mars 2020

Le syndicat CGT des salariés des hôtels de Prestige et économiques a par ailleurs lancé une pétition nationale pour que les pouvoirs publics et les employeurs des HCR indemnisent le chômage partiel sur la base de la durée conventionnelle du travail dans les HCR qui est, dans l’immense majorité des entreprises de ce secteur, de 39 heures par semaine et à 100% du salaire net.

Nous relayons la pétition ci-dessous : https://www.change.org/p/edouard-philippe-ch%C3%B4mage-partiel-la-double-peine-dans-les-hcr




Mots-clés

Coronavirus   /    CGT-HPE   /    Hôtels   /    Notre classe