^

Politique

Retraites : 16 professions libérales appellent à une grève « glissante » à partir du 3 janvier

Dans un contexte où la grève a besoin d’être généralisée, 16 professions libérales ont rejoint le mouvement en appelant à une “grève glissante” à partir du 3 janvier.

vendredi 3 janvier

Généraliser la grève : un enjeu majeur

Si la grève a tenu la période de vacances, elle devient de plus en plus difficile à tenir seuls pour les grévistes de la RATP et de la SNCF et ce même si une majorité de la population soutient le mouvement. Face à ce risque de marginalisation, les grévistes de la RATP et de la SNCF ont appelé à la généralisation de la grève à d’autres secteurs, notamment lors de la contre-conférence organisée par les grévistes de la coordination francilienne RATP/SNCF le 31 au soir, dans un contexte où le moment charnière de la rentrée approche.

L’entrée dans la bataille d’autres secteurs

C’est dans ce contexte que le Collectif SOS Retraites a appelé dans un communiqué à une grève glissante à partir de ce vendredi. Ce collectif, qui réunit des professions de la santé, de l’aérien, du droit et du chiffre, a ainsi appelé tous les professionnels de ces secteurs à cesser le travail en dénonçant la négation, par l’exécutif, de “la colère exprimée par les professions qui ont bâti des régimes de retraite autonomes, vertueux et solidaires”. L’entrée dans la danse contre la réforme des retraites de ces secteurs jusqu’alors très peu mobilisés pourrait changer la donne ; après avoir joué la carte du pourrissement pendant la période des fêtes en appelant notamment à une “trêve de Noël”, le gouvernement s’est retrouvé à devoir faire des concessions à certains secteurs qui commençaient à se mobiliser ou menaçaient de le faire, et a ainsi fait de sa réforme une réforme pas si universelle que ça en maintenant huit régimes spéciaux. Ces concessions montrent bien que le gouvernement tremble à l’idée d’une grève générale telle qu’il n’y en a pas eu depuis mai 68.

Les limites de la « grève glissante »

Le principe de la “grève glissante” consiste en une mobilisation des différents secteurs tour à tour. Ainsi, vendredi, ce sont les infirmiers, les kinésithérapeutes et les orthophonistes qui se sont mobilisés ; lundi, ce sera au tour des médecins et des experts-comptables, ainsi qu’aux pilotes d’Air France, qui continueront aussi la grève mardi. Enfin, les hôtesses et les stewards ont prévu de se mobiliser de lundi à jeudi. Face à un calendrier de mobilisation aussi divisé, le risque serait que les forces se dispersent et que les grévistes les plus déterminés se fatiguent, ce qui laisserait le champ libre pour diviser le mouvement et négocier secteur par secteur. Le but d’une grève étant de créer un rapport de force objectif, il s’agit de rejoindre le mot d’ordre “en grève jusqu’au retrait” que scandent la RATP et la SNCF depuis le 5 décembre et appliquer dès maintenant leur menace : « Le Collectif SOS Retraites annonce que si ses légitimes revendications ne sont pas entendues par le gouvernement, il maintiendra également le mouvement de grève annoncé le 3 février 2020, point de départ d’une grève illimitée ».

Crédit photo : Pascal Guyot / AFP




Mots-clés

Grève décembre 2019   /    Grève   /    Grève générale   /    Politique